Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

QUAND MAX ROUQUETTE EUT LES CENT ANS…

A la fin de l’automne, cela fera cent ans que naissait à Argelliers (Hérault) Max Rouquette. Dans une famille de viticulteurs, au cœur d’un théâtre de garrigues dont l’occitan est le parler naturel - le natif pèse plus que l’acquis dans la formation de...

Lire la suite

LE COQ ET L’OC

L’enseignement n’a rien perdu de sa verdeur, la pensée de sa pertinence, ni le style de son tranchant. Né à Nîmes en 1923, Robert Lafont demeure le militant de la cause occitane et l’universitaire « romancier » de la langue. Voici qu’il nous procure un...

Lire la suite

AU PECHE MIGNON…

Si Saint-Thomas d’Aquin fait de la gourmandise, l’un des Sept Péchés Capitaux, c’est Péché mignon pour Michèle Gazier. Née à Béziers. Longtemps critique littéraire à « Télérama ». Romancière appréciée du « Merle Bleu », de « Mont Perdu » et de « Un soupçon...

Lire la suite

L’EAU A LA BOUCHE

Selon l’écrivain argentin Jorge-Luis Borgès, la préface serait « une forme latérale de la critique ». Jean Paulhan dirait que c’est un biais – qualité d’essence nîmoise – pour aborder une œuvre. Et Sartre parle à ce sujet de « technique de Watson-Sherlock...

Lire la suite

UN PEU DE DECENCE, S.V.P !

Méconnu sous son patronyme, Eric Blair - célèbre sous son pseudonyme : George Orwell (1903 – 1950) - doit beaucoup de sa notoriété renouvelée au philosophe et montpelliérain Jean-Claude Michéa. Qui a consacré plusieurs pertinents essais à l’auteur de...

Lire la suite

LE GREFFIER DE L’HISTOIRE

Du matou déserteur de Sérignan observé par l’entomologiste J.H. Fabre, à Pomponette, la chatte adultère du boulanger, créée par Pagnol, Frédéric Vitoux visite l’allègre galerie des félins célèbres de notre littérature (Dictionnaire amoureux des chats,...

Lire la suite

DANTE N’AVAIT RIEN VU !

DANTE N’AVAIT RIEN VU !

"La porte des enfers" - Laurent Gaudé © (Actes Sud) Il y a d’abord Naples. L’ancienne Parthénopée, grouillante, jacassante, colorée de rose au soleil levant, de l’aéroport de Capodichino à Santa Maria del Pianto, du château dell’Ovo au Vomero... Glauque,...

Lire la suite

SOLJENITSYNE LU PAR JEAN CARRIERE

Il y a trente ans, dans « Souffrance, mort et rédemption chez Alexandre Soljénitsyne » (Famot, Genève, 1977), Jean Carrière notait qu’à l’instar de « ses grands prédécesseurs Tolstoï et Dostoïevski » celui-ci « était entré d’emblée dans la culture universelle....

Lire la suite

1 2 > >>