SALUT, CAMARADE PREVERT !

Publié le par Michel Boissard

                                     SALUT, CAMARADE PREVERT !   

 

Son père était antisémite. Pour les travailleurs immigrés, il écrivit « Gentils enfants d’Aubervilliers ». Catholique fervent, son grand-père avait l’esprit de charité chevillé à l’âme. En tant que petit-fils, il eût donc horreur de l’hypocrisie sociale.  Et mangea de la vache enragée. D’avoir fait son service militaire nourrit son dégoût pour les culottes de peau. Cependant, il vendit à des millions d’exemplaires son recueil de poèmes « Paroles ». Et nous quitta voici trente ans. Lui qui, il y a quatre vingt ans, au cours d’une réunion du groupe surréaliste, déclarait : « J’étais révolutionnaire à sept ans. Je suis complètement incapable d’ouvrir un livre de Marx, cela m’emmerde ! » On réédite les sketches et chœurs parlés composés par Jacques Prévert entre 1932 et 1936 pour le Groupe Octobre.  Une troupe de théâtre amateur affiliée à la Fédération du Théâtre ouvrier de France (FTOF), dans la mouvance du Parti Communiste, sous l’influence de l’agit-prop soviétique des années 1920. Parmi tant de bijoux connus – « La Bataille de Fontenoy » - « Morts de Fontenoy, vous n’êtes pas tombés dans l’oreille d’un sourd ! » - ou « La Pêche à la Baleine » - « Et pourquoi donc que j’irais pêcher une bête / qui ne m’a rien fait, papa ? » - découvrez avec « Le Palais des Mirages »  trois tableaux au vitriol. Mettant en scène notre « Gastounet » national.,Gaston Doumergue. Le seul gardois Président de la République  (1924-1931). Rappelé provisoire aux affaires après les émeutes fascistes de 1934. Revenu  de sa retraite toulousaine  de Tournefeuille, béret  basque sur la tête et baguette de pain sous le bras. Populiste, autoritaire, bon papa à qui  Trotski règle son compte, il suscite la verve vengeresse d’un Prévert en grande forme. Lisez et payez-vous une pinte de bon sang. En saluant  le souvenir du « veilleur de nuit » qui voulait « gueuler pour ses camarades de toutes les couleurs, de tous les pays ».                                                                                                        

 

                                                                                                                            Michel Boissard

 

                                Octobre, sketches et chœurs parlés, J. Prévert, Gallimard, 2007, 29 euros                                                                                                                         

 

 

 

 

                                                                                                                                                                  

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article