FEMMES , VOUS LUI DEVEZ TOUT !

Publié le par Michel Boissard

                                                         FEMMES , VOUS LUI DEVEZ TOUT !

 

L’universitaire allemande Ingrid Galster découvre l’œuvre de Simone de Beauvoir en 1975. En lisant « La Force de l’âge », deuxième volet  de l’autobiographie de l’auteur des « Mandarins ». La scène se passe dans la Drôme, à la veille de son entrée en licence de lettres à Aix-en-Provence. Dans le même temps que l’historienne du féminisme, la montpelliéraine Yvonne Knibiehler y fonde le Centre d’études féminines de l’Université de Provence (CEFUP). Au centième anniversaire du Castor – le surnom normalien de Beauvoir (née en janvier 1908), voici un pertinent essai de réévaluation de la philosophe, romancière et mémorialiste à qui, selon le mot d’Elizabeth Badinter, les femmes d’aujourd’hui doivent tout.  Organisé en six séquences articulées autour du couple Sartre-Beauvoir, des années Vichy, du mouvement féministe, de la réception de la disparition de l’écrivaine (1986), ainsi que du regard critique porté sur une vie construite comme une œuvre.   De la légende machiste au terme de laquelle  Beauvoir ne serait que l’épigone d’un Sartre seul penseur créatif, les philosophes Maurice de Gandillac et Robert Mizrahi font aisément litière. Soulignant, par exemple, le caractère  révolutionnaire du « Deuxième Sexe » au regard de « L’Être et le Néant » (1943). On retrouve ici également le portrait d’une femme libre qui, avec son compagnon, est tardivement touchée par l’Histoire… D’où l’ambiguïté du couple, non pas face aux idées – explicitement condamnées, mais vis-à-vis des réalités quotidiennes du pétainisme d’Occupation.  Cependant, adapter « Lamiel », le dernier roman de Stendhal, pour Radio-Vichy,  est-ce collaboration même tacite ou pure besogne alimentaire (qui n’exclut point le talent) ? C’est à Julia   Kristeva , qui  a si bien écrit de Colette et d’Hannah Harendt, que revient de clore cet hommage à Simone de Beauvoir. Reformulant une de ses exigences dont la chute du Mur de Berlin n’a pas défraîchi la nouveauté : la libération de la femme va   de pair avec l’émancipation de toute la société.

                                                                                                                                                    Michel Boissard

                   

                                                         Beauvoir dans tous ses états, I. Galster, Tallandier, 2007, 25 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article