Une fille de Colette

Publié le par Michel Boissard

UNE FILLE DE COLETTE Sans doute est-ce l’écrivain Thierry Maulnier – né Jacques Talagrand, à Alès, en 1909 – qui a le mieux pénétré le génie propre de Colette. « Traductrice qui fait passer le monde de la sensation dans le monde du langage – déesse des saisons qui fait naître sous nos pas la richesse de l’univers. » Dans ce sillage, Anne Bragance s’affirme comme une légitime héritière de l’auteur de « La Naissance du Jour ». Native de Casablanca, longtemps gardoise, désormais comtadine. Méditerranéenne puis rhodanienne des deux rives, fille du Sud autant qu’on peut l’être. Eclairant en vingt mots « le goût du soleil ». Qui émane des citrons confits embaumés cet embaumeurs. Gardant en bouche la saveur orientale de la coriandre. Avec Sundari, et sa mère Lila, travaillant la pâte molle « couleur de caramel au lait » du karao à la « douceur sacrée »…Dégustant l’orange d’où gicle une essence magique. Ou bien dans un boui-boui de Palerme, se régalant de rougets « roulés dans une farine enchantée d’ail, d’herbes et d’épices , croûtés d’or ». Faisant ventrée de ces rubis juteux - les cerises – « qui vont toujours par deux » et les croquant « sous l’arbre, tout juste cueillis ». S’attardant à trier patiemment les lentilles, avant que de se brûler la langue à la première cuillerée de « ces petits disques brunâtres qui baignent dans une sauce épaisse et savoureuse ». Sacrifiant au rite hebdomadaire de la morue, le vendredi, « plat du pauvre rehaussé d’un prestigieux lit d’oignons, de tomates et de poivrons ». En un mot – toujours de Maulnier – détenant « l’art inimitable de nous faire participer, par le moyen de l’écriture, à la possession de la vie. » Michel Boissard Un goût de soleil, A. Bragance, Nil éditions, 2007, 12 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article