L'entreprise de vivre

Publié le par Michel Boissard

Avec ce remarquable portrait de l’auteure des « Mandarins » (Goncourt 1954), Huguette Bouchardeau réussit l’originale biographie de la plus intrépide mémorialiste de la littérature française contemporaine : Simone de Beauvoir (1908-1986). Le travail relevait de la gageure. Tant abondent les matériaux dispensés par le modèle. L’autobiographie qui débute par les « Mémoires d’une jeune fille rangée » (1958). Les correspondances échangées entre le Castor (surnom donné à Beauvoir dans le milieu normalien) et Sartre, Jacques-Laurent Bost ou Nelson Algren. Les biographies procurées par Deirdre Bair, Claude Francis et Fernande Gontier, qui bénéficient de l’assistance de l’écrivaine elle-même. Répudiant la classique chronologie linéaire de l’œuvre à la vie entrelacée, écartant la pesante biographie « à l’américaine », H. Bouchardeau élit une dizaine d’années-phares pour la philosophe féministe du « Deuxième sexe » (1949). Qui constituent autant d’éminences du relief à partir de quoi, comme durant une promenade, l’on découvre l’amont et l’aval d’un site. Se succèdent de la sorte les moments-clés. 1921, le temps de l’adolescence qui rejette les rites et les usages bourgeois. « La véritable histoire qui commence lorsque je sors de mon milieu » : de la scolarité au Cours Désir à l’amitié de jeunesse fracassée par l’injuste mort de son amie Zaza. 1930, l’heure de Sartre, les rencontres majeures avec Nizan, Aron, Maheu, Merleau-Ponty… 1941 ou l’épreuve initiatrice de la guerre. 1945, l’acmé de l’existentialisme. 1951, de l’amour nécessaire de Sartre aux amours contingentes avec le romancier US Algren…Autour de 1964, les saisons de l’engagement, entre Cuba et l’Algérie ! Jusqu’à ce 15 avril 1980, mort de Sartre, « où je compris que j’avais vécu le meilleur de ma vie ». Le point final ne sera mis qu’en 1986. « Sa mort nous sépare, ma mort ne nous réunira pas. » Ce tranquille athéisme donne sa couleur rebelle à ce que Francis Jeanson a nommé « l’entreprise de vivre » de Simone de Beauvoir. Michel Boissard Simone de Beauvoir, H. Bouchardeau, 2007, 22 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article