SOI-MEME COMME UN AUTRE

Publié le par Michel Boissard

Les mots de Paul Ricoeur – soi-même comme un autre - peuvent servir d’exergue aux actes du colloque « Vivre dans la différence » organisé par l’Institut européen Séguier. En effet, de quoi est-il question « quand nous disons : étranger, intégration, identité, cultures et, bien sûr, différence » ? (G. Audisio) Internationale – les intervenants se recrutaient de Rotterdam à Turin de Budapest à Berlin, pluridisciplinaire – les communications sollicitaient l’histoire, la sociologie, la médecine, les lettres et l’ethnologie, d’approches idéologiques plurielles, cette rencontre confirme une logique dans l’histoire occidentale. La Renaissance fonde l’autonomie du Je. La Réforme renouvelle la finalité du Tu. Les Lumières proclament l’universalité des Ils. Il appartient au siècle dernier d’affirmer la singularité du Soi. Jean-Louis Meunier stigmatise le mot différence. La vivre, c’est faire preuve d’énergie, de force. Aussi, différence se définit par rapport à norme ou groupe ou diversité. Enfin, vivre sa différence, « c’est un acte ». Jan Berting souligne que nous vivons toujours dans la différence, mais plus difficilement avec les différences. « Vivre avec l’Autre, c’est reconnaître son altérité par rapport à « nous » tout en insistant sur le fait que l’Autre est en même temps « nous ». Depuis cette observation sociologique, nous parcourons un itinéraire qui mène de la dualité sentiment amoureux-homosexualité au XIIè siècle à la place des gitans en Provence, passant par l’identité carcérale ou la malvoyance. En cette époque où paraît triompher la « coexistence dans l’intolérance » on s’attarde à la réflexion de Bruno Etienne sur la représentation des immigrés musulmans à quoi fait contre-écho la convivencia d’Al-Andalus, la Cordoue des X-XIè siècles. Michel Boissard Vivre dans la différence, hier et aujourd’hui, G.Audisio, F.Pugnière, Editions A. Barthélémy, 2007,20 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article