UN SAINT-SIMON DE VILLAGE AU XVIII è SIECLE

Publié le par Michel Boissard

                                               

 

Singulière destinée que celle de Pierre Prion (1687-1759) ! Rouergat d’origine mais gardois autant qu’on peut l’être. Fils d’un notaire royal, mais déclassé de son rang et dépossédé de sa fortune. Sa condition de factotum  (secrétaire-valet de chambre-greffier-caviste) du Marquis d’Aubais ne l’empêche  pas d’être un témoin original de la vie rurale en Languedoc au  temps des Lumières. Emmanuel Le Roy Ladurie nous a déjà révélé l’autobiographie de cet intellectuel de village  (Pierre Prion, scribe – Gallimard, 1985). Creusant le sillon ouvert par l’historien  Emile G. Léonard (Mon village au siècle de Louis XV – PUF, 1941), l’académicien nîmois Jean-Marc Roger nous procure avec la « Chronologiette » le journal intime d’un écrivain plébéien.   Selon le mot de Michel Vovelle « un intermédiaire culturel » entre les intellectuels et le petit peuple,  capable  de réfracter parmi eux « la haute culture du siècle de Louis XIV, sinon de Louis XV ». Observateur des mœurs seigneuriales et de « l’organigramme » d’un château. Comme de la superposition des clivages sociaux et religieux. Le  calvinisme vaunageol   favorise  « le travail, l’épargne, la richesse et la croissance ». Notation d’autant plus intéressante que le Marquis, natif huguenot, est (de force) un « nouveau converti » et le scribe Prion un « papiste » endurci, ceci soixante ans après la Révocation de l’Edit de Nantes (1685). De cette chronique émane enfin une radioscopie  des  mentalités provinciales. La structuration villageoise en « maisons » familiales, le temps de la fête, la violence des rapports sociaux, la prégnance de la politique (le terme « républicain » appliqué aux protestants, par Mgr Cohon, évêque de Nîmes sous Louis XIV,  est pertinent pour les aubaisiens), la présence dévastatrice  du climat méditerranéen… Bref, le tableau vivant et coloré  d’un univers populaire qui aurait trouvé son Saint-Simon.

 

                                                                                                                     Michel Boissard

La Chronologiette de Pierre Prion, 1744-1759, J.M. Roger, Présentation d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Fayard, 2007, 26 euros.

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article