UN SAINT LAÏQUE

Publié le par Michel Boissard

 

                                                                 

 

Invité par le clan notarial et calviniste des Couton, dans leur propriété de Clarensac, au début du siècle dernier,  Georges Duhamel (1884-1966) perçoit nettement la différence entre une famille héréditaire – celle de ses hôtes,  et une famille  hantée par l’esprit nomade – la sienne. Ce thème du nomadisme éclaire l’étonnante figure de Louis Salavin dont Duhamel a fait l’une de ses premières et grandes créations littéraires.  Employé de bureau peu considéré, Salavin brise la routine quotidienne en cédant à une impulsion, il touche le lobe de l’oreille de son patron. Ce qui lui vaut un immédiat licenciement.  Salavin a éprouvé sa liberté. Il rencontre  la malchance sociale. Son itinéraire ultérieur  confirme la dimension tragique de notre humaine condition. Il s’essaie à l’amitié avec Edouard. Il échoue. Il se surprend à envisager avec froideur la mort de sa mère, pourtant femme admirable.  Il fait vœu de chasteté. Mais  il trompe son épouse Marguerite,  et l’abandonne.  Il a la tentation - vite réfrénée -  de l’action révolutionnaire. Cependant,  à travers le désastre de ses successives défaites, du fond de sa déchéance, il aspire à une certaine sainteté. Renonçant à toute transcendance, il cherche moins le Salut qu’il ne se satisfait du désir du salut. Héritier du Folantin de J.K. Huysmans (A vau-l’eau, 1882), précurseur du Roquentin de Sartre (La Nausée, 1938), voici un personnage littéraire superbement contemporain. Et une précieuse réédition !

 

                                                                                                                                    Michel Boissard

 

Vie et aventures de Salavin, G. Duhamel, Omnibus, 2008, 25 euros. .                                                           

                                                                                                                                                                   

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article