Pouvoir et Poison, Histoire d’un crime politique de l’Antiquité à nos jours,

Publié le par Michel Boissard

    LE POISON, CONTINUATION DE LA POLITIQUE PAR  D’AUTRES MOYENS ?

 

 


 

L’usage du poison relève-t-il de l’archéologie des modes de conquête et d’exercice du Pouvoir  ? A cette interrogation, l’universitaire Franck Collard répond par un essai associant une rigoureuse information à une élégante écriture narrative. In potestate venenum, dans la puissance réside le toxique  - au sens figuré comme au sens propre. L’empoisonnement est-il la continuation de la politique par d’autres moyens ? Dans sa « Vie des Douze Césars », Suétone souligne combien l’un et l’autre sont étroitement articulés. « L’empoisonnement instaure, conserve ou abolit un pouvoir. » Le nom de Locuste, l’empoisonneuse patentée de Néron, est devenu proverbial. La mort soudaine d’Alexandre-le-Grand (323 avant J.C), succédant  à de prodigieuses conquêtes et précédant l’effondrement brutal de son empire, a créé l’interrogation : n’est-ce point « le venin qui l’a occis » ?  L’entrecroisement du réel et du fantasme escorte la saga historique du poison. Chez les  héritiers de Philippe-le-Bel (inspirant un Maurice Druon, qui intitule « Les Poisons de la Couronne », le volume des « Rois maudits » relatif à l’ « enherbage » de Louis X le Hutin). Dans le même temps que le Pape Jean XXII dénonce, en 1317, « la menace obsédante du poison » sous la mitre ou à l’ombre de la tiare pontificale… » Du  « second Bourbon au second Napoléon », le poison participe des jeux et des délices du pouvoir. C’est l’affaire dite des « poudres de succession » à Versailles, dans les milieux de la haute aristocratie, sous Louis XIV.  Ou bien le soupçon d’empoisonnement de l’Empereur durant sa captivité de Sainte-Hélène.  Ou enfin, Metternich, le chancelier autrichien,  réputé avoir mis un terme criminel à la vie du Duc de Reichstadt, fils de Napoléon Ier, et  donc aux espoirs de restauration bonapartiste. Cependant, si le recours à cette méthode de gouvernance ou de liquidation des adversaires  ne cesse pas avec la modernité, il n’y a pas de commune mesure avec les «  imputations, allégations et accusations nourrissant le discours politique ». Les progrès de la démocratie auraient-ils rangé le poison au rang de la science-fiction politique ?  Qu’on en juge : aux rumeurs d’empoisonnement de l’eau, en 1832, suscitant l’épidémie de choléra, répond en écho la « guerre des gaz »  de 1914.  Devenu collectif, l’empoisonnement demeure une arme  anti-personnelle des tyrannies ou des sociétés closes. Poutine rejoint Staline : épisodes de l’espion du KGB passé à l’ouest, Litvinenko et du président ukrainien Ioutchtchenko. Le camp d’en face n’est pas en reste : tentatives d’empoisonnement de Castro par les  services secrets américains, et mort suspecte du Pape Luciani – Jean Paul Ier, en 1978. L’addiction au venin  constitue  encore une dimension  spécifique de l’histoire politique contemporaine.

                                                                                                                   

                                                                                                                        Michel Boissard

                                                                                                                                Historien
 Franck Collard, Le Seuil, 2007,  357 pages

Publié dans biblinimes

Commenter cet article