LA « BOITE NOIRE » DE LA MEMOIRE

Publié le par Michel Boissard

                                        

                            

 

Le docteur Selma Moufid est le double romanesque de l’écrivaine Malika Mokeddem. Issue d’une famille pauvre du sud algérien. S’en étant « sortie » par les études et le rejet de la Tradition. Devenue comme elle médecin à Montpellier. Toutes deux  nostalgiques d’une lumière qui s’appelle liberté. Et victimes d’un « accident vital de mémoire » - comme on parle d’un AVC (accident vasculaire cérébral) – superposition du présent et  du passé. De même que la petite madeleine émiettée dans du tilleul réveille l’enfance de Marcel Proust à Combray, de même la photo sur portable d’une de ses patientes -  inexplicablement décédée – rappelle à Selma l’ infanticide, commis par sa propre mère,  dont elle fut le témoin  adolescent. Suit une quête de vérité - voyage initiatique vers le pays des origines. Pourquoi ce meurtre ? Comment s’est-il englouti dans les ténèbres du souvenir ?   Que veut dire son resurgissement ? Peinture de deux âmes fortes  -  Selma et sa mère - blocs d’incompréhension qui s’affrontent,  mais aussi duo d’une irréfragable tendresse, le roman s’inscrit dans l’histoire de la nation algérienne. Entre archaïsme et modernité, lutte pour l’indépendance et terreur intégriste de la guerre civile. Comme dans le film éponyme de Pasolini, l’héroïne grecque Médée –  le symbole de l’infanticide – hante la terre brûlée des Hauts Plateaux. « Les accidents des oueds, la coulée des palmiers et des lauriers, leurs incrustations de jade dans les déclinaisons de l’aridité. Puis, l’aube sur le désert, dans cet espace minéral, une hallucination suscitée par les incantations du Coran. » Voici enfin - référence au Faulkner de « Tandis que j’agonise » - le dérisoire et solennel cortège funèbre d’ une mère « morte du cœur » ( !), dont on relève la subliminale présence sur cette « boite noire » de la mémoire qu’est la conscience des  vivants.

                                                                                                                   Michel Boissard

Je dois tout à ton oubli, M. Mokeddem, 2008, Grasset, 14,90 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article