BERNANOS, NOTRE JEUNE CONTEMPORAIN

Publié le par Michel Boissard

D'origine espagnole, gardois d'adoption, Michel Del Castillo- préface la réédition des « Grands Cimetières sous la lune » de Georges es Bernanos (1888 - 1948). Paru en 1938, ce pamphlet continue d'émouvoir le lecteur à raison de la stature de l'auteur, de la dimension de l'oeuvre, de sa force d'écriture. Emmanuel Mounier l'a dit. Dans ce livre, le créateur romanesque de Mouchette, de Donissan, de M. Ouine et du curé d'Ambricourt (« Journal d'un curé de campagne »), se jette littéralement en avant ! Monarchiste, la rébellion militaire franquiste qu'il côtoie à Majorque, où il séjourne en 1936, n'a pourtant rien qui le révolte. L'un de ses fils s' engage même dans la Phalange fasciste. Mais ce chrétien se refuse à la « Terreur cléricale, bourgeoise ou militaire, serait-elle cent fois justifiée par la menace de l'autre. » (Re) lisez la page où l'écrivain décrit ces paysans pauvres, raflés en camion le soir retour des champs, « la chemise collée aux épaules par la sueur, les bras encore pleins de travail, laissant une femme qui arrive au seuil du jardin, tout essoufflée : A Dios ! recuerdos ! » Dans un mélange de colère et de pitié, Bernanos fustige la coalition militaro-cléricale responsable, en sept mois, de l'exécution de 3000 personnes « mal pensantes » selon les « senoritos » de la petite île ! La vérité fait scandale ? Tant mieux ! Prophétique, l'auteur de « L'Imposture » stigmatise les catholiques qui, demain, préféreront Pétain, et le « moindre mal » de la Kollaboration... Ceux qui larguant tout scrupule, réclament un Etat pour garantir l'Ordre et préserver la Propriété... Contre les lâches et les imbéciles, Bernanos - parlant pour l'espoir des désespérés - apparaît comme « notre jeune contemporain »

Michel Boissard

 Les Grands Cimetières sous la lune, G.Bernanos, Castor Astral, 2008, 19 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article