LES VIES MULTIPLES D’UN NIMOIS LIBERAL

Publié le par Michel Boissard

                       

Mieux qu’une biographie, Laurent Theis nous procure une série de portraits – intimes, de groupes ou en majesté – de François Guizot (1787 – 1874). Davantage que la peinture convenue de l’homme d’Etat en son siècle, voici de multiples vies entrelacées – politique, affective, intellectuelle, spirituelle, quotidienne. Où la tragédie côtoie le romanesque. Un Guizot aux cent visages. Témoignant pour l’originale figure du burgrave de la bourgeoisie financière triomphante. Le natif de la Cité des Antonin – « notre patrie » dira-t-il. Qui conservera toujours « la lumière du Midi dans l’âme ». Enfant, il y vit rue Caguensol – réaménagée, c’est l’actuelle rue Guizot ; la seule en France ! Jouant sur les pentes de la Tour Magne ou dans les vignes paternelles de St Géniés de Malgoirès. Le fils d’André Guizot, un avocat protestant, imbu des idéaux de 89, guillotiné sous la Terreur. Et de Sophie Bonicel – famille huguenote du némausais – qui l’élèvera dans la très calviniste Genève. Le professeur en Sorbonne, farouche opposant à Napoléon, mémorable auteur de « La Révolution d’Angleterre » et de « La Civilisation en Europe ».  Dont la vie d’homme épouse soixante ans de notre histoire nationale. Le Président de la Société « Aide-toi, le Ciel t’aidera » qui devient Ministre de l’Instruction Publique sous la Monarchie de Juillet. Puis Premier Ministre. Accordant éducation, propriété et prospérité pour légitimer l’ordre social. Au nom du « juste milieu ». Jusqu’à la Révolution de 1848 qui l’écarte du Pouvoir. Mais non des responsabilités. Il s’érige alors en « Pape » des protestants orthodoxes – autrement dit : de stricte observance. Pour se prouver qu’il sait toujours  « faire de la politique ». Donnant ainsi une supplémentaire acception religieuse au mot de libéral.

                                                                                                               Michel Boissard

François Guizot, L. Theis, Fayard, 2008, 27 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article