UN ROMAN EN VELOURS CÔTELE

Publié le par Michel Boissard

   

 

Brio du récit et clarté de style font du livre d’André Gardies, un bel exemple de cette « littérature en velours côtelé » qui constitue une part originale de la création romanesque française du dernier demi-siècle. Résonne ici l’ écho  des romans paysans de Marcel Aymé – de « La Table aux crevés » à « La Vouivre », tandis que la cruauté et le cynisme de l’inspiration évoquent le Giono d’ « Un roi sans divertissement ». La forme même de la fiction – le Narrateur rédige une confession involontaire – ajoute une goutte d’intensité et une touche de tragique à cette impitoyable histoire qui a pour cadre les monts de la Margeride. Fonctionnaire de l’Agriculture, Faustin Juan est affecté dans un village reculé  du plateau des Mille Sources, afin de dresser  rapport sur les raisons de l’hostilité des habitants aux séductions du Progrès. Pénétrant par effraction dans le quotidien d’un monde archaïque, ce technocrate fait de l’épicière-aubergiste Reine, sa maîtresse ; du braconnier Jean dit Robin des Bois, son complice ; de Violette, une écolière à peine nubile, l’objet de sa concupiscence d’homme mûr. Rationaliste et laïque – jusqu’à l’anticléricalisme - il érige en tête de Turc le curé Deville qui règnait sur les âmes en ressuscitant la peur de la Bête du Gévaudan. Et transforme Monsieur Roland, dit  – ô Molière ! – Pourceaugnac, seigneur et maître des terres « qui tenait sous sa coupe la majorité de la population », en bouc émissaire  des rancunes collectives. Deus ex machina du Destin en ce village aux moeurs aussi âpres que le climat, il fera endosser à l’un les superstitions communautaires, et à l’autre, un crime qu’il n’a   pas commis...

                                                                                     

                                                                                                                                   Michel Boissard

 

Le visiteur solitaire, A. Gardies, Les Editions de Paris Max Chaleil, 2008, 14 euros

 

                                 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article