SOLJENITSYNE LU PAR JEAN CARRIERE

Publié le par Michel Boissard

                                       

Il y a trente ans, dans « Souffrance, mort et rédemption chez Alexandre Soljénitsyne » (Famot, Genève, 1977), Jean Carrière notait qu’à l’instar de « ses grands prédécesseurs Tolstoï et Dostoïevski » celui-ci « était entré d’emblée dans la culture universelle. » La disparition récente du Prix Nobel de Littérature 1970 incite à relire, à la lueur de ce jugement critique, l’oeuvre romanesque de l’auteur d’une « Journée d’Ivan Denissovitch » (1963). Pour mesurer qu’au travers de l’historique dénonciation de l’univers concentrationnaire des camps  staliniens, la seule question  philosophique sérieuse posée par l’écrivain est celle du sens de la vie.  Renouvelée avec une force singulière dans « Le Pavillon des cancéreux » (1968). Qui est, d’abord, le pavillon N° 13 d’un hôpital d’une république d’Asie centrale, où des hommes  et des femmes, représentants d’une société convalescente de la terreur stalinienne, affrontent la mort naturelle. Aussi bien  Kostoglotov, prisonnier politique libéré mais toujours relégué, que l’ouvrier communiste modèle,  naguère délateur professionnel, Roussanov.  Eprouvant la même angoisse et le même questionnement devant la porte sombre... Le second, marchant vers la lumière par le secours du remords et des larmes. Le premier « le corps en ruine, accédant par la grâce à la résurrection et à l’éternelle jeunesse des enfants de Dieu ». Celui-ci exhaussé par la souffrance de la persécution politique ; celui-là dépouillé par la douleur des attributs du pouvoir. Tous deux atteignant aux grandeurs vraies dont a  parlé Pascal.

                                                                                                                                 Michel Boissard

 

Le Pavillon des cancéreux, A. Soljénitsyne, Presses-Pocket, 2008 (réédition), 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article