LE LEPREUX DES DEMOCRATIES

Publié le par Michel Boissard

                                               

 

Rimbaud a disparu cinq ans auparavant. Verlaine vient de prendre congé.  Sully-Prudhomme est plus côté que Mallarmé.  Alors,  le soir du 12 décembre 1896, au cabaret des « Quat-z-Arts », à Paris, se produit le poète Jehan Rictus  (1867-1933). Parmi les auditeurs, voici Henri Barbusse et Albert Samain… Selon son biographe Théophile Briant,  lorsque Gabriel Randon – le patronyme de  Jehan-Rictus – aussi grand et maigre que le « Fil de Fer » de son seul roman  (1906),  déclame la première strophe de ses « Soliloques du Pauvre » : « Merd’ ! V’là l’Hiver et ses dur’tés. /V’là le moment de n’ pus s’ mettre à poils : / V’là qu’ ceuss’ qui tiennent la queue d’ la poêle/ Dans l’ Midi vont s’carapater ! », il recueille rires spasmodiques et silences gênés. Une langue neuve s’affirme. Une inspiration révoltée éclate. Ce n’est plus la crapule larmoyante de Bruant pour bourgeois habitués du « Chat Noir ».  Jehan-Rictus a connu la « mistoufle », fréquenté le Montmartre des anarchistes, tâté du journalisme pamphlétaire. Stigmatisant les socialistes de salon et les républicains d’assemblée, il pousse un cri de colère : « Ah ! c’est qu’on n’est pas muff’ en France / On n’ s’occup’ que des malheureux / Et dzimm et boum ! la Bienfaisance/ Bat l’tambour su’ les ventres creux ! »  Maintenant, la parole est à ceux d’en-bas. Aux pauvres, aux trimardeurs, aux loqueteux, aux vagabonds. Le poète détonne et décoiffe. Il va devenir « le Lépreux des Démocraties ».  Usant et abusant de l’argot, au grand dam de son ami catholique Léon Bloy, il « haussera à l’expression littéraire le parler du peuple » (R. de Gourmont). Jehan-Rictus, c’est, avant la lettre,  un slameur de la fin du XIXe…

 

                                                                                                                                                   Michel Boissard

Les Soliloques du Pauvre et autres poèmes, Jehan-Rictus, Au Diable Vauvert, 2009, 5 euros  

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article