MAIGRET ET LE CAUCHEMAR CLIMATISE

Publié le par Michel Boissard

 

                                                  

 

L’un, Patrick Raynal, romancier, scénariste et éditeur, s’est fait une réputation de critique de romans policiers à « Nice Matin ». Il signe la préface de ce double recueil. L’autre, Michel Carly, d’origine belge,  nous l’avons déjà rencontré de manière inattendue sur les chemins de Daudet et de Mistral en Provence (Omnibus, 2006). Il  présente dans leur environnement les quinze « romans américains » de Georges Simenon. Tous deux soulignent  un étonnant paradoxe littéraire. En 1945, pour une longue décennie, le démiurge de Maigret quitte « l’Europe aux anciens parapets » chère à Rimbaud. Finie la pluie monotone sur le Moulins des « Inconnus dans la maison »… Terminés le bock et le petit salé aux lentilles de la Brasserie Dauphine… Exit le château de Saint-Fiacre dont le père du célèbre  commissaire était régisseur…  Atmosphère pour atmosphère, voici le temps de Kerouac.  L’errance on the roads du Nouveau-Monde. Entre le Canada des Laurentides et le New-York de la 55ème Avenue. Du Connecticut à la Californie, en passant par le désert de l’Arizona. Romans « durs » ou enquêtes policières, au temps de l’alcool-roi et du gangstérisme, sous l’ère des villes interminables et anonymes, à l’époque du sexe omniprésent et du puritanisme des notables… Et comme il est allé à la rencontre de « l’homme nu »,  du canal Saint-Martin à Paray-le-Frésil, Simenon se coule avec une aisance confondante dans le  « cauchemar climatisé » de l’Amérique d’ Henry Miller ! Cela donne  « La mort de Belle », « Feux rouges » ou « Un nouveau dans la ville ». Trois petits chefs d’œuvre écrits « sans en avoir l’air et comme sans le savoir » dirait André Gide. Parmi tant d’autres !

 

                                                                                                                  Michel Boissard

 

Romans américains I et II, G. Simenon, Omnibus, 2009,  respectivement 27 et 26 euros    

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article