UNE HISTORIETTE TRES VRAIE

Publié le par Michel Boissard

Le propre de Robert Sabatier (1923) est de savoir passer avec une belle virtuosité humaniste d’un Gévaudan où s’enracinent ses origines (Les Noisettes sauvages, 1974) au Paris populaire d’avant-guerre (Les Allumettes suédoises, 1969). Empruntant l’expression à Madame de Sévigné, il nous offre aujourd’hui « une historiette très vraie » dans le décor buriné des 14e et 15e arrondissements, entre Observatoire et Vaugirard, au temps crépusculaire de l’Occupation. En remarquable écrivain de la ville, Sabatier décrit la rue où se déroule cette histoire avec une rare économie de mots : « Immeubles étriqués qui se serraient à la manière de grands vieillards maigres, ridés, informes… » « Traversière, grise ou triste » cette artériole urbaine, coincée derrière une avenue résidentielle et une place spacieuse, « existe par ses habitants ». Mme Gustave y tient le bistrot « Bois et Charbon » de feu son mari. Qui accueille souvent Paulo - « sosie de Valentin-le-Désossé » - un loustic, bon- à- tout-faire, le cœur sur la main et la chanson à la bouche. L’ami de Marc, le cordonnier jeune, beau et cultivé, doublé d’un coureur de fond, qui a dû abandonner ses études pour reprendre l’échoppe familiale. Un accident immobilisant celui-ci pour le reste de ses jours agit comme le fatum de la tragédie antique. Nous allons désormais voir et vivre le monde au travers de la vitrine de la boutique de Marc. Personnages et situations sont simples, fraternels, émouvants. Sœur Evangéline, la religieuse, soigne les bleus à l’âme de notre cordonnier. Tandis que Rosa la Rose, la généreuse prostituée, guérit les blessures du corps. Le modeste imprimeur Lucien devient un maillon essentiel de la Résistance. Raillé par Paulo l’anarchiste, M. Marchand, un énigmatique policier, sauvera la petite Myriam porteuse de l’étoile jaune… Décidément, Gide avait tort : on peut faire de bonne littérature avec de bons sentiments.
Michel Boissard
Le cordonnier de la rue triste, R. Sabatier, Albin Michel, 2009, 16 euros

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article