Intempestif et rebelle

Publié le par Michel Boissard

Intempestif et rebelle

 

Serge Velay nous donne, avec Con fuoco, un petit livre auquel pourrait s’appliquer la célèbre apostrophe de Bernanos : « D’amitié ou de colère, qu’importe, j’ai juré de vous émouvoir. » Dans une langue économe, respectueuse du mot juste, cet essai témoigne que l’acte d’écrire est un événement toujours recommencé, un évènement « sans habitudes » (Paulhan). Sauf à se couler dans le moule idéologiquement dominant, l’écrivain n’avance, en effet, que par ses ruptures. En état de rébellion, il a soif d’authenticité. S. Velay tire ainsi une salve salutaire dans le concert des débats convenus et des conformismes endormeurs. Du même mouvement, il ose s’affirmer en révolte permanente pour un « idéal de justice », ressourcé à ses origines familiales et rudement frotté à l’histoire de notre siècle. En un mot, il se veut intempestif. Et, il y réussit avec fougue (Con fuoco) ou, pour filer encore la métaphore musicale : en composant allegro vivace

Michel Boissard

 

 

Con fuoco, Serge Velay, éditions Jacques Brémond, 2002, 12 euros.

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article