De mémoire d’oublié : souvenirs, souvenirs.

Publié le par Michel Boissard

De mémoire d’oublié : souvenirs, souvenirs.

 

Qui connaît aujourd’hui Gabriel d’Aubarède ? Ce marseillais a fait ses classes auprès du jeune Pagnol de « Fortunio » et des « Cahiers du Sud ». Journaliste monté à Paris, ami du Paulhan résistant de l’Occupation, il devient l’un des pliliers des « Nouvelles Littéraires » vers 1950, et obtient le Grand prix de l’Académie Française 1959. Ses souvenirs nous procurent un patchwork de portraits-interviews parfois légers, souvent pénétrants, toujours étonnants de Sartre, Camus, Aragon, Mauriac, Cocteau et, plus inattendus, du nîmois Carlo Rim ou de De Gaulle, écrivain et mémorialiste. Ces médaillons d’époque se lisent avec autant de curiosité que de plaisir.

 

Michel Boissard

 

De mémoire d’oublié, G. d’Aubarède, La Table-Ronde, 2004, 18,30 euros.

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article