Une ténébreuse affaire

Publié le par Michel Boissard

Une ténébreuse affaire

 

Michel Crespy vient de commettre un thriller pas comme les autres. Sur cet « acturoman » flotte un parfum d’Aldous Huxley ou de Georges Orwell Sauf qu’ici « Le Meilleur des mondes » ne se nomme pas « 1984 ». Mais 2027. L’année de l’élection présidentielle. Que le candidat centriste Stéphane Diéran ait, ou non, quarante ans plus tôt, tué volontairement, ou pas, son frère Léopold, importe assez peu. Moins en tout cas que ce scoop médiatique qui bouleverse la campagne. Moins également que de savoir qui bénéficie de cette révélation scabreuse. Moins enfin que le côté science-fiction politique de cette ténébreuse affaire. Le titre balzacien s’impose. Tant Michel Crespy écrit à la lueur des deux vérités des temps qui s’annoncent : le Web et le GPS. La société française vit sous la surveillance de drones individuels. A l’heure des prisons psychologiques et de la rééducation comportementale. Le météore Apophis menace la terre. Valery Larbaud ne reconnaîtrait plus Montpellier devenu XXIe arrondissement de Paris. La grande Pandémie a eu lieu. C’était avant ou après l’accident de Johnny. Ou le tsunami californien. Les maisons sont intelligentes. Les costumes régularisent les glandes sudoripares de leurs porteurs. Et nil novi sub sole « le vrai pouvoir c’est Microsoft, Google, Coca-Cola, Toyota, Exxon et les autres. » Contemporain, n’est-ce pas ?

 

 

Michel Boissard
 

L’affaire Léopold, M. Crespy, Denoël, 2007, 22 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article