Un cousin de M Teste

Publié le par Michel Boissard

Un cousin de M Teste

 

Il se méfie de Paulhan « cet étrange guerrier appliqué qui cache peut-être un Laclos ». Lequel a découvert son talent d’écrivain. Et l’a fait éditer. De « Quand vient la fin » (1941), qui brosse le tableau de l’ascension et de la déchéance d’un père, Joë Bousquet écrira que c’est une vigoureuse « charge contre la psychologie d e l’individu ». Paru il y a soixante-dix ans, son premier roman, « Zobain », récit de la désagrégation d’un couple, porte une épigraphe de Gide : «  Que raconter de soi, sinon des changements. » C’est ce qu’il fait avec « L’apprenti » (1946). Histoire d’un garçon d’étage dans un hôtel parisien. Il le fût. Et transpose cette expérience à la manière du voyeur de « L’enfer », le roman du cévenol et pacifiste Henri Barbusse. Pacifiste, il l’est avant-guerre. Il soutient Giono, emprisonné pour défaitisme en 1939. Et administre une volée de bois vert à Chamson, résistant au nazisme les armes à la main. A propos des « Poulpes » (1953), reflet de sa vie de prisonnier de guerre, Marc Bernard note que c’est un livre « à lire en se bouchant le nez. » Car il sent le souffre. Raymond Guérin (1905-1955) agent d’assurance de métier, réfractaire de vocation, s’est peint sous les traits du héros de ce dernier opus : Le Grand Dab. Un cousin de M Teste. Le personnage de Valéry. Un témoin de notre temps.

 

 

Michel Boissard

Raymond Guérin, 31, allées Damour, J.P. Kauffmann, la petite vermillon, 2006, 10 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article