Noir comme la neige

Publié le par Michel Boissard

Noir comme la neige

 

A l’image de son créateur, le romancier Jean-Paul Dubois – Paul Hasselbank, le héros de ce récit, est toulousain. Rien ne le prédispose à s’aventurer dans le Grand Nord canadien, sur les rives de l’Ontario. Divorcé, personne ne le retient dans la ville rose. Victime d’une maladie incurable, l’exil est pour lui un dépaysement salutaire. Mais surtout, il y a Anna. La femme qu’il a aimée. Et qui l’a quitté pour s’installer là-bas. Et  partager l’existence de Floyd Paterson. Un familier des grands espaces glacés qu’aime à décrire Bernard Clavel. Un colosse, chasseur à l’arc, qui vit avec le cœur greffé d’un assassin. Fruste et solitaire, il s’est finalement séparé de la femme infidèle. Laquelle, absente du roman, en surdétermine l’intrigue, reliant ces « hommes entre eux ». Car l’homme des bois et le désenchanté de la vie vont se rencontrer. Et dans le huis clos d’un chalet isolé par la neige, se confronter. Jusqu’à l’issue fatale. J.P. Dubois excelle à dire cette partie d’échecs qui oppose le plus intelligent des chasseurs au plus dangereux des gibiers – homo homini lupus – l’homme. Sur ce théâtre où les valeurs viriles le disputent à l’amour. Et où, à la manière d’un « Roi sans divertissement », la chronique de Giono, la neige se pare d’une belle couleur noire.

 

 

Michel Boissard

Hommes entre eux, J.P. Dubois, L’Olivier, 2007, 19 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article