Un héraut de son temps

Publié le par Michel Boissard

Un héraut de son temps

 

Roger Vailland disait que, comme le rythme d’une année, la vie d’un homme se décline en saisons successives. C’est aussi le parti choisi par l’universitaire montpelliéraine Anne Blanchard (1921-1998) pour évoquer la biographie de Sébastien Le Prestre, sieur de Vauban (1633-1707). Etude critique qui n’exclut pas l’empathie pour le modèle. Volonté de désemmailloter la momie. Et sous les enjolivements lavissiens, de retrouver bien plus qu’un héros de notre identité nationale, un héraut de son temps. Vauban, serviteur des armes françaises durant un demi-siècle, est synonyme de courage guerrier et d’art militaire. Menant les troupes du Grand Roi. Couvrant le pays d’un réseau de fortifications. Derrière l’icône, distinguons le parvenu au sens propre du mot. Qui, petit noble morvandiau, réalisera « les joyeuses promesses du printemps ». A force de travail, d’intelligence et d’ambition, il devient ingénieur du Roi. Fera éclore « les moissons ensoleillées de l’été ». Il se hissera au rang des grands commis de l’Etat créés par Louis XIV. Lesquels, par delà révolutions et changements de régimes, structurent durablement la formation administrative française. Voici venus « les jours somptueux de l’automne ». Etabli, indispensable, institutionnel, le Maréchal de Vauban se révèle un observateur perspicace des réalités socio-politiques de l’époque. Rejetant la persécution et l’exil des Huguenots. Intervenant pour la création d’une fiscalité équitable et rénovée. Se situant à mi-chemin des feux brillants de la monarchie absolue et des premiers éclats du Siècle des Lumières.

Michel Boissard

 

Vauban, A. Blanchard, Fayard, 2007 (réédition), 30 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article