la tauromachie selon Socrate

Publié le par Michel Boissard

La tauromachie selon Socrate

 

Peut-on philosopher à propos de la corrida ? Et si tel est le cas, exerce-t-on sa réflexion critique sur un art, un jeu, un sport ou un rite ? Directeur du département de philosophie de l’Ecole normale supérieure, Francis Wolff risque l’exercice. Non sans quelques raisons. La passion, d’abord : celle de l’aficionado. Dont la dilection pour l’art du toreo opère la fusion entre «  deux émotions contraires, la peur et la beauté ». L’exigence conceptuelle, ensuite. Quelle que soit la « nature » de la corrida, elle touche à des valeurs. Le combat, forcément inégal, entre l’homme et le taureau bravo, suivi de la mise à mort du fauve, pose naturellement une question éthique. D’autre part, depuis « la révolution formelle de Juan Belmonte » au début du XXè siècle, les amateurs de tauromachie, les zélateurs des toreros, mettent l’accent sur l’esthétique de l’affrontement. Sur la démiurgie par quoi le mæstro « donne forme humaine – familière – à un matériau brut – la charge du taureau ». Dans l’une et l’autre occurrence, la corrida devient un objet philosophique identifiable. Francis Wolff s’attache à le démontrer en interrogeant la sphère de l’animalité. Qu’est-ce donc qu’une espèce, domestique ou sauvage ? Quel type de rapports – adaptation ou ajustement – nous lie à l’une et l’autre ? Rappelant l’enthousiasme d’une arène dressé au cri répété de « Torero ! Torero ! », le philosophe se demande quel autre artiste entend le public scander son identité professionnelle pour saluer son exploit. Valorisant, du coup, les vertus canoniques du combattant : le courage, la vergogne,  la domination de soi et la loyauté. Toutes chose qui, formalisées dans les « Dix commandements du torero pour être torero », nourrissent chez le spectateur de la corrida, « un plaisir chaste et charnel, physique et spirituel, vital dans son fond et désintéressé dans sa forme ».

 

Michel Boissard

 

Philosophie de la corrida, F. Wolff, Fayard,  2007, 20 euros

 


Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article