A L’OMBRE D’UNE JEUNE FILLE EN FLEUR

Publié le par Biblinimes

 


 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Anne_Wiazemsky_in_Il_seme_dell%27uomo.png

On pense à « Elle et lui » (1859) de George Sand - follement éprise d’Alfred de Musset… Elle, est, ici, Anne - la progéniture orpheline du prince russe Ivan Wiazemsky. Petite-fille de l’académicien catholique François Mauriac. A l’époque du récit : lycéenne préparant la session de rattrapage du baccalauréat. Elle a déjà défrayé la chronique de son milieu en interprétant le personnage de Marie au côté de l’âne Balthazar, dans le film éponyme de Robert Bresson (Au hasard, Balthazar, 1966).Lui, c’est le cinéaste, désormais célèbre, Jean-Luc Godard. Suisse, protestant, anticonformiste divorcé de l’actrice Anna Karina. Subversif réalisateur d’ « A bout de souffle », du « Mépris », et de l’inoubliable « Pierrot le Fou » (« Qu’est-ce que l’art, Jean-Luc Godard ? » interroge Aragon, dans les Lettres françaises, 1965) La rencontre d’Anne et de Jean-Luc est épistolaire. La première a adoré le film « Masculin-Féminin ». Elle l’écrit au second. Ajoutant (imprudemment ?) qu’elle aime l’homme, derrière le réalisateur. Voici une histoire d’amour - puis de mariage - au temps des sixties. Jean-Luc rejoint en Alfa Roméo la jeune fille au château de Montfrin où celle-ci villégiature en vacances. Godard a dix sept ans de plus qu’elle. Et Anne, mineure, découvre les voluptés de la contraception ainsi que les séductions de l’intelligence critique. Scandalisant sa mère, mais - inattendu ! - pas son grand-père, le romancier des passions sulfureuses. Anne fait des études de philo à Nanterre. Cheminant avec le disciple de Sartre - et porteur de valises du FLN - Francis Jeanson, moderne Socrate. Anne, aux cheveux de feu, invitée à adhérer à l’amicale des rouquins par un prodigieux et généreux Daniel Cohn-Bendit. Anne Wiazemsky : « l’animal-fleur » que Godard place à l’avant-scène du très prémonitoire film « La Chinoise », projeté dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, au Festival d’Avignon 1967. Un an avant Mai 68…

 

Michel Boissard

 

2012, 18 euros

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article