CELUI QUI NE CROYAIT PAS AU CIEL…

Publié le par Biblinimes

 

http://lectures.revues.org/docannexe/image/6428/9782843031311FS-small227.gif                                   

 

Revisiter un mythe, redécouvrir un itinéraire, raviver une époque. Tel est le triple défi que relève cette  première biographie rigoureuse du « journaliste, député et homme politique » Gabriel Péri (1902-1941). Issue des recherches exigeantes de l’historien Alexandre Courban. Le mythe. Celui qui  s‘est naturellement construit autour de la mémoire d’un résistant communiste, fusillé -  à 39 ans - par les nazis au Mont-Valérien. Quelques mois après le résistant  catholique et royaliste Honoré d’Estienne d’Orves (1901-1941). Tous deux dédicataires du poème d’Aragon « La Rose et le Réséda » (1943). « Celui qui croyait au ciel / Celui qui n’y croyait pas » Ensemble figures de courage, dont le gaulliste Maurice Schumann - porte-parole de la France Libre au micro de la BBC anglaise - évoquera le martyr dés le 7 mars 1942. L’itinéraire suit le cheminement du natif de Toulon, fils d’un comptable de la Chambre de Commerce de Marseille - ville qu’il aimera passionnément - militant socialiste aimanté par cette « Grande lueur à l’Est » qu’éclaire l’Octobre russe de 1917… Jeune communiste très engagé et cultivé. Le goût de l’écriture chevillé au corps. Qui participe à l’aventure éphémère de « L’Humanité du Midi », s’installant alors à Nîmes, quelque part sur le Boulevard Sergent-Triaire... Avant que de devenir, en 1924,  quinze ans durant, journaliste de « L’Humanité », le quotidien  de Jaurès. Où il fera souffler une intelligence lucide et un esprit critique reconnu - même par ses adversaires - sur les pages de politique étrangère. Dans une époque où, de Rome à Berlin en passant par Madrid, s’accumulent les nuées européennes du fascisme ! Qui portent en elles l’orage de la Deuxième guerre mondiale. Abattant le rebelle qui, en octobre 1945, léguera sa mémoire vive à notre vieille Place des Carmes…

 

                                                                                                           Michel Boissard

Gabriel Péri, A. Courban,  La Dispute, 2011, 22 euros

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article