« COMME UN DIAMANT FOU… »

Publié le par Biblinimes

http://img.over-blog.com/340x340/0/34/58/49/images-7/federico-garcia-Lorca.jpg

 

                                                 

De sa conversation, le peintre Salvador Dali disait qu’elle étincelait « comme un diamant fou ». N’est-ce pas le cas de l’écriture poétique entière de Federico Garcia Lorca (1898-1936) ? Le poète de Grenade n’a pas trente-huit ans quand les séides de Franco le fusillent à l’aube de la guerre civile. Le natif de Fuente Vaqueros a déjà écrit près de vingt mille vers. « Ah ! quelle douce rumeur dans ma tête ! / Je m’étendrai prés de la simple fleur / où flottera sans âme ta beauté ».  Dés 1927, il a fait représenter sa première pièce de théâtre Maria Pineda. La même année, à Barcelone, une galerie expose ses dessins. Il aime les garçons. « Je cherche dans ma chair / les traces de tes lèvres. / La source embrasse le vent / sans le toucher. » Publie en 1928 le Romancero gitan qui le porte au pinacle. « Oh ville des gitans ! / Aux coins des rues, des drapeaux. / Eteins tes vertes lumières / car voici la Garde civile / Oh ville des gitans ! / Qui t’a vue et ne se souvient ? / Qu’on te cherche à mon front. / Jeu de lune et de sable. » ». En 1933, il signe le manifeste « Contre la barbarie fasciste », dénonçant Hitler. Et crée la tragédie Noces de sang. Préfiguration ? Lorsque Franco réprime, en 1934, la révolte des mineurs asturiens, c’est un vrai massacre de 3000 morts ! « Ah, quels cris on entendait / par-dessus les maisons ! / Quelle épaisseur de poignards / et de tuniques déchirées ! » Il aura encore le temps de chanter New York et le poète des Feuilles d’herbe : « Pas un seul instant, beau vieillard, Walt Withman, / je n’ai cessé de voir ta barbe pleine de papillons / ni tes épaules de velours usées par la lune ». Et de célébrer « Ô mur blanc de l’Espagne ! / Ô noir taureau de peine » le sang répandu d’Ignacio Sanchez Mejias, le torero inoublié.

 

                                                                                                         Michel Boissard

 

La Désillusion du monde, Federico Garcia Lorca, Orphée/La Différence, 2012, 5 euros 

 

                                                                                                                                 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article