« COMME UNE AUBE A L’ORIENT DES HOMMES »

Publié le par Biblinimes

 

http://www.cercle-enseignement.com/var/plain_site/storage/images/ouvrages/gallimard/poesie-gallimard/les-poetes-de-la-mediterranee/1484110-5-fre-FR/Les-Poetes-de-la-Mediterranee_ouvrage_programme.gifCette « mer immense et verte comme une aube à l’orient des hommes », celle de Saint-John Perse (1887-1975), c’est la Méditerranée. Ces cent un poètes vivants, issus  de vingt quatre pays « possédant une façade (…) sur lamare nostrum », parlant dix-sept langues, lisant en cinq alphabets, ce sont les descendants d’Homère, de Virgile et de Dante, les héritiers de Cervantès et de Leopardi, les successeurs de Georges Séféris et de Mahmoud Darwich… Partis d’Athènes vers la Turquie, le monde arabe et Israël, ils remontent vers l’Espagne, la France et l’Italie. Avant que d’achever leur pérégrination aux pays des Slaves du Sud.  L’Anthologie de leurs oeuvres s’ouvre sur la parole du français Yves Bonnefoy (1923) : « Toute la Méditerranée se rassemblerait autour de l’idée grecque de l’évidence, un mot de même étymologie que lumière. » Contemporains, ils sont fiers de leur terre : «Tu as ramené ma terre. / Rouge, légère, / piétinée par tyrans et ennemis. ». Et de leur langue : « J’ai eu du mal à préserver ma langue / parmi celles qui viennent l’engloutir / mais c’est dans ma langue seule que j’ai toujours compté » (Titos Patrikios, Grèce, 1928). Ils  dédient l’une et l’autre à l’universel. Comme Tahar Ben Jelloun (1844, Maroc) dialogue à Tanger avec l’Atlantique et la « mer au milieu de la terre » des Arabes : « Je tourne le dos à la ville / et parle avec la mer / les épaves ont gardé les cicatrices / des mémoires vagabondes… »  Dans la différence et le conflit, palestiniens, israéliens, grecs et turcs, croates, serbes, musulmans et chrétiens des Balkans ont créé ce creuset « où les échanges font l’or de la pensée ». Car la Méditerranée c’est « moins une mer que des rives ».

 

     Michel Boissard

 

Les Poètes de la Méditerranée, Poésie-Gallimard, 2010, 12 euros  

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article