DEUX HOMMES EN MOI

Publié le par Biblinimes

 

                                                                

 

 

 

 

 

Il y a presque quinze ans, Eugène Saccomano publiait « Goncourt 32 » (Flammarion, 1999). Passionnante radioscopie - sous la plume d'un journaliste-né se faisant chroniqueur d'histoire littéraire - de l'attribution, le 7 décembre 1932, du Prix Goncourt au bien oublié Guy Mazeline pour « Les Loups ».  Au détriment - scandaleux ! - de « Voyage au bout de la nuit » de Louis-Ferdinand Céline... Sa dilection particulière pour l'auteur de  « D'un château l'autre » (1957) conduit Saccomano à se faire biographe et romancier.  Voici un Céline en partie double. L'auteur de « Mort à crédit » mué en pamphlétaire dégoulinant d'antisémitisme de « Bagatelles pour un massacre » . Le grand écrivain doublé d'un parfait salaud, dira Malraux. A la façon d'un projecteur, la plume éclaire - et s'attarde sur les ruptures qui jalonnent la vie de Céline. « Le dandy de Médan et le clochard de Meudon ». Le romancier qui vient de rater le Prix Goncourt, médecin de son état, en costume bien coupé, rendant hommage le 1er octobre 1933, à Emile Zola, le père du naturalisme,  sous le porche de sa maison de campagne de Médan... Au lendemain de la Libération, l'ancien kollabo, amnistié, vêtu d'une improbable canadienne en plein été, campant dans sa turne de la route des Gardes, à Meudon, au milieu d'une meute de chiens, transformé en écrivain maudit. Métamorphoses. Qui nous mènent de la Genève des années 1920 - et d'un grand amour raté pour l'américaine Elizabeth Craig, à la Vienne d'avant 1938 - où  « Ferdine » se fait voyeur d'amours lesbiennes, tandis que les nazis liquident le chancelier Dollfuss. De Sigmaringen en 1944 - dernière demeure des vichystes peureusement groupés autour de Pétain, à l'exil danois sur les bords de la Baltique pour éviter les pelotons de l'épuration. Et, toujours, celui qui disait : « Au commencement, il n'y avait pas le Verbe, mais l'émotion... »

                                                                                                                                                   Michel Boissard

Céline coupé en deux, E.Saccomano, Le Castor Astral, 2013, 15 euros

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article