HISTOIRES DES QUARANTE

Publié le par Biblinimes

http://www.decitre.fr/images/genere-miniature.aspx?ndispo=/gi/grande-image-non-disponible.gif&img=/gi/34/9782213666334FS.gif&wmax=155&hmax=239&loupe=true


 

 

 

Le plus ancien est Evêque de Nîmes : Valentin-Esprit Flêchier (1632-1710). Ecrivain à la plume subtile : « Les Grands Jours d’Auvergne ». Auteur de cette sentence fort moderne : « Ceux mêmes qui n’étaient pas ambitieux dans une condition médiocre, deviennent quelquefois insolents lorsqu’ils se trouvent dans une plus grande élévation. »A son fauteuil, le 10ème, lui succède plus tard Alfred de Musset ! Au 3èmefauteuil, voici un nîmois posthume. Inhumé dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame et Saint-Castor : François-Joachim de Pierre, Cardinal de Bernis (1715-1794). Ambassadeur de France à Venise, Ministre d’Etat, cet ardéchois d’origine prétend que : « Outrager est d’un fou, flatter est d’un esclave. »Parmi sa postérité académique, on compte Georges Clémenceau et Marguerite Yourcenar… Jean-Pierre Claris de Florian (1735-1794) est sauvain de naissance et ses fables (Le Singe et le Léopard, La Jeune Poule et le Vieux Renard)comme la célèbre pastorale Estelle et Némorinlui valent « l’estime et l’admiration de ses concitoyens »à en croire le tailleur de pierre ( !) Michel-Jean Sedaine qui le reçoit sous la Coupole… Sur l’ultime fauteuil, le 40ème, de la Compagnie, voici François Guizot (1787-1874). Encore un nîmois, dont on ne présente plus, notamment, l’ « Histoire de la civilisation en Europe »… Le remplace l’alésien et chimiste Jean-Baptiste Dumas (1800-1884). Histoire d’une institution politique - l’Académie française, par son Secrétaire Perpétuel - Hélène Carrère d’Encausse (un nîmois latiniste, Gaston Boissier, le fut aussi en 1876), cet essai justement intitulé « Des siècles d’immortalité » nous invite à revisiter (à re-découvrir) également l’œuvre de André Chamson, Louis Leprince-Ringuet, Jean Paulhan et Thierry Maulnier sans oublier le Duc de Castries… Tous furent d’ici. Et comptent parmi les Quarante.

 

Michel Boissard

 

 2011, 20 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article