L’AFFAIRE SANS DREYFUS…

Publié le par Biblinimes

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/images/PER/P2/9782262033590.gifC’est au récit d’une « Affaire sans Dreyfus » que nous prie l’universitaire Alain Pagès. Mais au côté des multiples protagonistes de la tragédie politique qui occupa douze années de notre vie nationale (1894-1906). L’auteur choisit de revivre avec son lecteur une journée particulière de ce qui est déjà l’Affaire avec majuscule ! Celle du 13 janvier 1898. Marquant la parution dans le quotidien « L’Aurore », dirigé par Georges Clémenceau, du « J’accuse » d’Emile Zola. La dénonciation méthodique du mécanisme par lequel l’Etat-major et le Pouvoir ont sciemment organisé, puis couvert, la condamnation, pour espionnage au profit de l’Allemagne, d’un capitaine d’artillerie. Totalement innocent. Simplement coupable d’être juif. Du matin où l’on crie le titre dans les rues de Paris, au soir dans l’appartement de Lucie Dreyfus - la femme du martyr déporté en Guyane - qui se reprend à espérer, nous suivons les pérégrinations de ceux qui, écrivains, publicistes, parlementaires, intellectuels, officiers, ministres, Président de la République, se classent désormais en dreyfusards et antidreyfusards. Voici Jules Renard et André Gide et Léon Blum. Mais aussi Léon Daudet et Maurice Barrès. Et Jules Méline, Président du Conseil. Tout comme Jean Jaurès et Lucien Herr, figures socialistes. Le Colonel Picquart, convaincu de l’innocence de Dreyfus. Et le général de Boisdeffre du contraire. Esterhazy, le véritable traître. Et le commandant Henry qui forgea la machination. Et Bernard Lazare(1865-1903). Le nîmois, poète symboliste et anarchiste, dont Péguy, qui l’aima d’une indéfectible amitié, a dit : « Il fut l’immortel auteur et de l’affaire Dreyfus et du dreyfusisme ». Un fondateur. Qui a donné à la démocratie sa couleur d’universalité.

 

                                                                                Michel Boissard

 

Une journée dans l’affaire Dreyfus, 13 janvier 1898, A. Pagès, Tempus, 2011, 9 euros

                                                 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article