L'AMOUR, LA POESIE

Publié le par Biblinimes

 

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/imagecache/c_visuel_cat_w120px/couv_jpg/9782742796748.jpg

 

 

Voici le beau portrait d'une femme libre et méconnue dédié par Paule Du Bouchet à sa mère Tina Jolas (1929-1999). Qui aurait pu vivre par procuration. Etant la soeur de la compositrice et chef d'orchestre Betsy Jolas, l'épouse du poète André Du Bouchet, et, durant prés de trente ans, la compagne d'un autre poète, René Char. Mais qui fut une remarquable ethnologue et traductrice. Travaillant au laboratoire d'anthropologie sociale dirigé par Claude Lévi-Strauss. Dont l'une des rares traces littéraires, à vrai dire marquante, s'intitule « La planche de vivre » (1981). Une anthologie suivant la trajectoire prosodique qui va de Raimbaut de Vaqueiras (XIIe siècle provençal), à la poétesse russe Marina Tsvetaieva, dissidente de l'ère stalinienne. « Emportée » - le titre de ce récit - symbolise l'itinéraire de la jeune fille qui, à NewYork, durant l'exil de ses parents lors de la Deuxième guerre mondiale, fait la connaissance d'un autre expatrié, diplômé d'Harvard et professeur de littérature. S'en éprend. Epousera à Paris, en 1947, celui qui devient le poète André Du Bouchet (1924-2001). Donnera naissance à deux enfants, Gilles et Paule. Maintenant, voici l'histoire de la « désentente amoureuse » d'un couple. Scellée par l'irruption de la foudre ! Qui a la stature, physique et démiurgique, de René Char (1907-1988). Tina Jolas raconte cette rencontre passionnelle dans une correspondance à son amie Carmen. Tantôt sensuelle, tantôt désenchantée. Pour sa fille, elle demeure successivement « l'incarnation de la détresse » - la femme qui déserte son foyer, et « l'incarnation de la lumière » - la femme amoureuse. Et « l'évocation de (son) souvenir est aussi nécessaire que les pierres d'un gué pour traverser le courant. »

 

Michel Boissard

Emportée, P. Du Bouchet, Actes Sud, 2011, 15 euros

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article