« ...L' BON LAIT D' L'AUTOMNE »

Publié le par Biblinimes

 

 

Le Vin en cent poèmes - JULIA HUNG

Notre sétois national, Georges Brassens, célèbre : « ...La tétée au jus d'octobre / L' bon lait d' l'automne » (Le Vin, 1957) Rare est le produit d'un végétal qui suscite autant de métaphores que la vigne. Mais, souligne le philosophe Gaston Bachelard, c'est que le vin « combine les esprits volants et les esprits pondérés, conjonction d'un ciel et d'un terroir ». Il appelle l'Amour, prétend le nîmois Alphonse Daudet : « Suspendue au bras d'un doux compagnon, / Je l'ai rencontrée aux champs d'Avignon, / Un jour de vendange. » Ce que ne nie pas, tout au contraire, le chansonnier libertaire Gaston Couté (1880-1911) : « Sous les baisers et les morsures / Nos bouches et les grappes mûres / Mêleront leur sang généreux... » Molière - qui était de Pézenas, alors que Jean-Baptiste Poquelin était né à Paris, disait Marcel Pagnol - en fait un symbole de joie de vivre : « Allons, morbleu ! Il ne faut point engendrer de mélancolie./ Ah ! Ma petite friponne ! Que je t'aime, mon petit bouchon ! » Shakespeare, vantant les vertus du Xérès, en rajoute sur le jus de la treille : « Il illumine le visage, qui, pareil à un phare, ordonne à tout le reste de ce petit royaume, l'homme, d'avoir à s'armer... » Prix Nobel de littérature 1971, le poète chilien Pablo Neruda s'enflamme : «  ...vin de vie / tu es encore / amitié entre les êtres, transparence, / choeur de discipline / abondance de fleurs ». Paul Valéry (1871-1945) raconte avoir, dans l'Océan, « Jeté comme offrande au néant / Tout un peu de vin précieux ». Et le poète du « Cimetière marin » d'ajouter : « Perdu ce vin, ivres les ondes !.../ J'ai vu bondir dans l'air amer / Les figures les plus profondes. »

Michel Boissard

Le vin en cent poèmes, s/d Julia Hung, Omnibus, 2012, 29 euros

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article