L’ESCLAVE DIT TOUJOURS OUI

Publié le par Biblinimes

 

http://img.over-blog.com/155x300/4/04/44/26/Livres-12/eloge.jpg 

                                                

 

Au bel « Eloge du Non » de Jean-Claude Lamy, chroniqueur littéraire de « Midi Libre », s’applique la phrase de Malraux prononcée en mémoire de la Résistance : « Le mot Non, fermement opposé à la force, vient du fond des siècles. L’esclave dit toujours oui. » (Plateau des Glières, 1973) L’adverbe de négation exprime un refus qui sonne haut et clair. Celui d’Antigone et de Prométhée. De Gaulle est l’homme du Non fondateur du 18 Juin 1940. Contre un savoir aussi désuet qu’est académique la pédagogie qui l’escorte, Jacques Prévert exalte Le Cancre : « Il dit non avec la tête / Mais il dit oui avec le cœur / il dit oui à ce qu’il aime / il dit non au professeur ». Pascal aimait ceux qui récusent les « grandeurs d’établissement ». Il eût salué le geste de Julien Gracq rejetant le Prix Goncourt en 1951. Et celui de Sartre déclinant le Prix Nobel de littérature 1964. Est-il « indigné », ce Stéphane Hessel qui commet une brochure éponyme au fulgurant destin éditorial ? Ou d’abord révolté, à la manière de ces « graines d’ananars » en quoi Léo Ferré voit « ceux qui disent non toujours pour le principe » ? Le Non est nostalgique, musical et populaire. Qui oublierait le « Non, rien de rien… Non, je ne regrette rien ! » de la Môme Piaf ? Ou encore poétique et non-conformiste. Tel Brassens avec La Non-Demande en mariage : « J’ai l’honneur de / Ne pas te de / mander ta main / Ne gravons pas / Nos noms au bas / D’un parchemin. » Il faudrait éditer un « Dictionnaire des gens du Non ». A l’entrée K, on trouverait Martin Luther King. A la lettre M, Nelson Mandela. A la lettre P, Rosa Parks, qui lutta comme les deux précédents contre la discrimination raciale. C’est-à-dire pour la liberté. A la lettre A, on célébrerait le philosophe Alain : « Penser, c’est dire Non. »

 

                                                                                              Michel Boissard

 

Eloge du Non, J.C. Lamy avec Fabienne Deval, Le Rocher, 2012, 12, 90 euros

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article