LA BANALITE DU BIEN

Publié le par Biblinimes

 

 

 

 

Au premier dimanche de septembre 1935, l’écrivain André Chamson (1900-1983) parle dans la chaire des pasteurs du Désert. Devant des milliers de huguenots réunis à Mialet. Pour la Mémoire et pour la Foi. « Voilà l’exemple que nos Cévennes donnent à l’homme. Elles lui disent par toute leur structure, par toute leur histoire, par toute leur humanité, que résister c’est combattre et rester semblable à ce que l’on est, dans la défaite et jusque dans les fers. » « Montagne de la générosité », ces Cévennes sont, au XVIIIe siècle, le Désert - référence à l’Ancien Testament et à l’exode hébreux - des camisards insurgés pour prier Dieu à leur façon. Refuge au XXe des enfants juifs pourchassés par les nazis et des antifascistes allemands ou autrichiens. Vingt-cinq ans après sa parution (1987), les historiens Philippe Joutard, Jacques Poujol (1922-2012) et Patrick Cabanel rééditent, l’enrichissant de nouvelles approches et témoignages, leur « classique » : Cévennes, terre de refuge 1940-1944.Cet ouvrage est fondateur. Explorant, pour les historiens du « sauvetage des juifs » comme pour un lectorat exigeant et avisé, une « sorte de modèle cévenolde société refusant globalement la persécution antisémite et multipliant les gestes d’aide et de secours ». Opposant à la « banalité du Mal » (Hannah Arendt) - incarnée par les initiateurs et les exécutants de la « Solution finale », la « banalité du Bien » symbolisée par ces anonymes, souvent protestants, dont les « microdécisions » individuelles ont été capitales pour la sauvegarde des persécutés et des réfugiés. Tels ces 44 cévenols érigés par Yad Vashem en « Justes parmi les Nations ». Dont 11 pour la seule bourgade de Lasalle (qui comptait alors quelque 1200 habitants), et 8 pour les villages voisins de Saumane et de Soudorgues…

 

Michel Boissard

 

Cévennes terre de refuge 1940-1944 , s/d P.joutard, J.Poujol, P.Cabanel, Nouvelles Presses du Languedoc/Club Cévenol, 2012, 22 euros

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article