LA CHASSE AU BONHEUR

Publié le par Biblinimes

 

 

 

Si, comme l'écrit Stendhal, le caractère d'un homme réside dans son aptitude à la chasse au bonheur, il faut imaginer Marc Bernard (Nîmes,1900-1983) heureux. Sous cet éclairage, trente ans après la disparition de l'auteur de « Pareils à des enfants » (Goncourt, 1942), Alain Artus nous redécouvre une œuvre d'une densité rare dans les lettres françaises contemporaines. Contrairement à la vulgate, Marc Bernard ne fut pas uniquement un écrivain nîmois (Une journée toute simple, 1950).L'inspiration romanesque métamorphose la vie vécue de Nanay, l'orphelin pauvre de la Croix-de-Fer, l'apprenti pâtissier de la rue du Chapitre, le cheminot du dépôt SNCF de Villeneuve-Saint-Georges, devenu - par la grâce de son compatriote Jean Paulhan - le romancier surréaliste de « Zig-Zag » (1929). Vers la fin de son beau portrait littéraire, Alain Artus met en scène Marc Bernard, journaliste de la Radiodiffusion française en 1947, s'allant interroger André Gide. Et s'émerveillant qu'en son grand âge l'écrivain des « Nourritures terrestres » (1897) puisse allier ferveur, enthousiasme et joie de vivre. La traversée du siècle de Marc Bernard nous révèle un itinéraire original et une plongée singulière dans le monde réel. Sostène, le personnage de sa première fiction publiée, incarne l'un et l'autre. Revendiquant son rôle de démiurge : « Peu d'hommes pourront se flatter d'avoir créé le monde à leur image comme vous. » Et du Front Populaire aux horreurs de la guerre (Oradour-sur-Glane, 1944), des années d'engagement révolutionnaire auprès d'Henri Barbusse (Salut, camarades !,1955), au récit inattendu de la naissance d'un grand ensemble (Sarcellopolis,1964, rééd.2009), exprimant une empathie naturaliste pour les êtres et les choses du quotidien. A la manière de Zola, dont il se fait biographe (1952). Exaltant ensemble l'amour fou (La mort de la Bien-aimée, 1972) et le libertaire mot d'ordre de « Vacances longues, pour tous, sur toute la terre » (Vacances,1953)...

Michel Boissard

 

Marc Bernard, le goût de la vie, A.Artus, Nouvelles Presses du Languedoc, 2013, 22 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article