LE TEMPS DES PASTEURS DU DESERT

Publié le par Michel Boissard


                                                          

 

Après ceux des « prophètes » Elie Marion et Abraham Mazel, l’historien Jean-Paul Chabrol brosse le portrait chaleureux du « prédicant » François Vivens (1664-1692). Complétant ainsi excellemment sa « trilogie » huguenote. Tout ensemble monographie - étude documentée des  persécutions religieuses précédant la guerre des Cévennes (1702), et biographie - récit de la vie brève d’un régent d’école originaire de Valleraugue, porteur de la Parole protestant, mort les armes à la main à  28 ans !  Le pasteur et historien Napoléon Peyrat (1809-1881)  a montré que la révocation de l’Edit de Nantes (1685) avec la fermeture des temples, l’exil des ministres du culte réformé, les dragonnades dans les bourgs cévenols suscite, a contrario de la crainte et de la résignation recherchées, un double phénomène de résistance. Le besoin de se retrouver entre croyants et la prière en commun dans ce maquis qui va se nommer Désert en référence à l’Ecriture. L’émergence parmi les fidèles des plus éloquents qui seront appelés les Prédicants. François Vivens est l’un d’eux. « Capable d’enflammer les plus tièdes et les plus froids ». Un activiste qui va subjuguer une « société déchirée et déboussolée » par le terrorisme d’Etat. J.P. Chabrol observe que cette sorte de révolution sacerdotale est considérée par le surintendant royal Lamoignon de Basville à la façon d’une insurrection permanente. D’où une tentative de compromis suivie de l’exil volontaire de Vivens. Puis de son retour au pays. Et de l’échec du soulèvement de la Can de l’Hospitalet (1689). Le temps des prédicants s’achève. Rolland et Jean Cavalier vont arriver. Vivens l’avait dit : « …si un loup vient à dévorer le troupeau, il faut tuer le loup ».

 

                                                                                                          Michel Boissard

 

François Vivenqs prédicant au Désert, J.P. Chabrol, Alcide, 2009, 10 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article