LEO LARGUIER, ALCHIMISTE DU ROMAN HISTORIQUE

Publié le par Biblinimes

 

                                   

 

 

Négligé parmi les rééditions récentes, voici un beau roman historique signé de Léo Larguier (1878-1950).  Un cévenol autant qu’on peut l’être -  né à La Grand-Combe.  Et  germanopratin un demi-siècle durant. « C’est de mes vieux trésors que je vis à Paris / et de mes oliviers vient l’huile qui m’éclaire. »   Rencontré par le Narrateur, alentour les années 1930,  près de l’hôtel de Cluny qui vit François Villon composer ses inoubliables ballades, un vieil érudit, à la tenue aussi miteuse que son discours est fascinant, nous met sur la piste d’un mémorable bourgeois parisien du XIVe siècle. L’écrivain public, copiste et libraire-juré Nicolas Flamel (environ 1330-1418), réputé pour sa richesse autant que pour ses œuvres pieuses. Le tout ayant pour origine, selon la légende,  la découverte de la pierre philosophale qui transmutait le métal vil en or fin. Au temps du roi Charles V, si fort loué par Christine de Pisan pour sa sagesse, cet intellectuel frotté des sept arts libéraux - grammaire, dialectique, rhétorique, musique, astronomie, arithmétique et géométrie  - découvre au travers du « Livre d’Abraham Juif », que célébrera  au XXe siècle surréaliste le poète André Breton, l’insondable mystère de l’alchimie.  Pour le percer, quittant le quartier de Saint-Jacques-la-Boucherie où il tient enseigne auprès de Dame Pernelle son épouse bien dotée, Nicolas Flamel entreprend le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le récit de cette aventure au long des chemins de la France médiévale se mue en un véritable roman ethnographique de l’époque. Paysages, coutumes, climats, traditions, couleurs, sonorités, langages et habitants des diverses provinces s’éclairent au style clair et doux du vieux parler de France avec beaucoup d’élégance rendu par Léo Larguier. Quant au secret des secrets qui fit la fortune de Nicolas Flamel, peut être l’éventerez-vous en compulsant les traités du médecin catalan Arnaud de Villeneuve ou bien les œuvres du philosophe majorquin Raymond Lulle…

 

                                                                                                                       Michel Boissard

 

Le Faiseur d’or Nicolas Flamel, L. Larguier, Arléa, 2009, 18 euros

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article