LES ANNEES FOLLES RETROUVEES

Publié le par Biblinimes

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782847347401.jpg


 

Quand Gershwin composait la partition de « Un américain à Paris » (1928), sa compatriote, la journaliste Janet Flanner (1892-1978) avait déjà publié sa première « Lettre de Paris » dans The New Yorker…Au côté de Fitzgerald (Gastby le magnifique), d’Hemingway (Le soleil se lève aussi)et de John Dos Passos, voici une figure à revisiter de la « génération perdue » qui hantait le café desDeux Magots… Nous y invitent ces chroniques, signées « Genêt », dont l’alacrité de style et l’empathie pour ses héros ressuscitent le monde englouti des Années folles. On y croise Paul Valéry du côté de « Shakespeare & Cie », la boutique d’Adrienne Monnier. En 1926, on célèbre le quatre-vingtième anniversaire de Thomas Edison. Belle occasion d’honorer la mémoire du poète et inventeur « des systèmes de sténographie musicale » Charles Cros, l’audois de Fabrezan, « mort dans son coin trop pauvre, trop occupé, trop talentueux… » Surgit maintenant - nous sommes en 1932 - Gabrielle dite « Coco » Chanel. Fille d’un camelot gardois de Ponteils-et-Brésis. Dotée d’un « instinct exaspérant qui la pousse à battre le fer quand tout le monde le croit froid ». « Lançant pendant la période des vaches grasses des colifichets de verroterie parce qu’ils étaient dépourvus d’arrogance… » Epouse de Jacques de Crussol, disparaît l’année suivante - 1933 - la célèbre Duchesse d’Uzès qui finança les frasques politiques nationalistes du Général Boulanger… La même année où le bordelais François Mauriac accède à la Coupole (du Quai Conti !). Courageux, lucide et anticipateur - languedocien et normand à la fois - André Gide dénonce, en 1937, le « passage de la mystique à la politique » qui fait de l’URSS stalinienne un lieu de « vassalisation de l’esprit ». Un an plus tard, à l’Opéra comique, on donne la 2271èmereprésentation de « Carmen », « un opéra très chouette », n’est-il pas vrai ?

 

Michel Boissard

 

Chroniques d’une américaine à Paris, J.Flanner, Texto, 2012, 9,50 euros

 

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article