LES JEUNES ANNEES D’UN GRAND ESPRIT

Publié le par Biblinimes

http://www.audiable.com/Resources/Titles/84626100222000/Images/84626100222000M.gif

En chemin vers le tricentenaire de la naissance de Rousseau (1712-1778), le pari de l’historien Claude Mazauric est de nous faire connaître mieux Jean-Jacques. Ainsi dévoile-t-il, en cent cinquante pages allègrement enlevées, les jeunes années d’un grand esprit. Fils d’un horloger Genevois, tôt orphelin de mère, celui qui stigmatisera dans « L’Emile ou De l’Education »(1762) l’apprentissage précoce de la lecture, s’initie à la « Vie des hommes illustres »de Plutarque dés l’âge de sept ans… Rejeton de la Réforme, hébergé par un pasteur, grouillot chez un greffier puis apprenti chez un graveur, polisson fréquentant libertins et mauvais garçons, il doit la rencontre de sa vie à un « curé de choc ». Fuyant sa Genève natale, c’est à Annecy qu’il fait connaissance de Mme de Warrens. Qu’il appellera « Maman », elle-même le nommant « Petit » . Institutrice spirituelle, éducatrice sociale, initiatrice amoureuse, sans doute est-ce cette « bonne dame » qui donne à l’adolescent Jean-Jacques « l’impétueux désir de liberté » qui le marquera à jamais. Il a seize ans. Jusqu’à la trentaine qui le voit entrer de plain-pied dans la République des Lettres, son itinéraire vital imite un tourbillon d’expériences humaines, sociales et culturelles. Il se fait catholique à Turin. Puis successivement : laquais d’une aristocrate, séminariste, maître de musique, secrétaire d’un colonel suisse, précepteur des fils du prévôt de Lyon, compositeur d’opéra, diplomate à Venise… Errances profitables. Qui lit « Les Confessions » (1771), histoire d’une âme entrelacée à celle d’une vie, découvre ensemble l’art français de l’autobiographie et la naissance d’une conscience critique d’intellectuel avant la lettre. En 1941, l’écrivain Jean Guéhenno s’attacha au portrait d’ « un homme qui ne se rend pas »… Le Rousseau du « Contrat social »(1761) en fut le sujet !

 

 

Michel Boissard

 

Jean-Jacques Rousseau à vingt ans. Un impétueux désir de liberté. C. Mazauric, Au Diable vauvert, 2011, 12 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article