LITTERATURE, QUAND TU NOUS TIENS…

Publié le par Biblinimes

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41KUZfU3E-L._SL500_AA300_.jpg

                                         

 

Le romancier - et critique, Angelo Rinaldi, a notamment officié au « Figaro littéraire ». Recueil de  chroniques parues entre 2003 et 2005 « Le roman sans peine » entrelace le plaisir de lire à la dilection de la critique. Les mots font mouche ! René Char (1907-1988) est un poète « hermétique, lyrique et prophétique à la fois. » Le « petit Bost », fils d’un pasteur de Lasalle (Gard), se fait le nom de l’écrivain Jacques-Laurent Bost (1916-1990). Non seulement en raison de « l’amitié anthropophagique » qui le lie à Simone de Beauvoir, mais parce qu’il sait écrire. (Re)lisez donc « Le Dernier des métiers » (1946) ! De Marc Bernard (1900-1983), le « prolo autodidacte de Nîmes », « Cherchez  La mort de la bien aimée. C’est Philémon et Baucis, un chef-d’œuvre de cet amour conjugal qui est modérément célébré. » Mauriac (1885-1970), le Bordelais en son « Bloc-Notes » hebdomadaire (de l’Express), c’est l’art de « raccorder à une comédie éternelle les évènements d’hier et d’avant-hier ». Y-a-t-il meilleure définition du journalisme d’opinion ? Rinaldi sait être rosse. François Bon (1953) en prend (fort injustement) pour son grade. L’animateur quatre ans durant d’un atelier d’écriture à Montpellier - l’auteur de « Phobos », l’écrivain  de « Sortie d’usine » démonte-t-il le scandale industriel lorrain « Daewoo » (2004) ? Son engagement lui vaut l’étrille « …une enquête de localier qui court, après l’incendie, interroger les sapeurs-pompiers ». Roger Grenier, lui, peignant l’affectueux portrait de sa mère  « Andrélie » (2005) - « marchande d’optique à Paris, où elle débarqua en 1900 telle une Bécassine cévenole, puis à Pau,  patronne d’un cinéma qui cherchait la faillite… » a, pour en écrire, le » tour de main du potier se rapprochant de l’essentiel »…

 

                                                                                                             Michel Boissard

 

Le roman sans peine, A.Rinaldi, 2012, La Découverte, 20 euros


 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article