MATRICULE 192102, LE REVOLTE IRRÉMÉDIABLE

Publié le par Biblinimes

Genet.gif

Jean Genet (1910-1986) appartient tout entier à la légende. « Ma vie visible ne fut que feintes bien masquées. » Né de père inconnu, vite abandonné par sa mère, matricule 192102 à l’Assistance publique, il lui faut se créer une identité. Ce sera le travestissement (Marie Redonnet). Il se déguise en voleur (Journal d’un voleur, 1949), en homosexuel (Querelle de Brest, 1947), en criminel (Le condamné à mort, 1942), en traître (Les Paravents, 1961). Poète, romancier, dramaturge : en écrivain majeur, surtout ! Sanctifié par l’institution ! Défendu par Cocteau, honni par Mauriac, Sartre  offre une préface de 692 pages ( !)  à ses « Œuvres complètes » (Saint-Genet, comédien et martyr, 1952). Autant d’ images symboliques qu’il tire, en salves répétées, à la face du monde truqué des gens- comme-il-faut. C’est le prix à payer de l’authenticité pour se réaliser en « révolté irrémédiable », dont Louis-Paul Astraud décortique « la jeunesse perdue », dans l’excellente collection qu’il dirige « Au Diable Vauvert ». (A vingt ans, l’aventure de leur jeunesse) Vingt ans. Nizan écrivait qu’il ne laisserait personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Genet confirme. D’abord, adolescent chapardeur chez ses parents nourriciers morvandiaux. Plus tard,  « voleur de livres ». Bon élève. Assigné au statut de garçon de ferme avant celui d’apprenti typographe… Fugueur chronique. Incarcéré, évadé, libéré. Interné à la colonie pénitentiaire agricole de Mettray. Engagé volontaire à 19 ans : le Moyen-Orient et l’Afrique du nord. Déserteur. Marseille, un jour, Barcelone, un autre... Il s’adresse à Gide pour que l’écrivain l’aide. Ah ! « Les Nourritures terrestres » : « Traîneaux, j’attelle à vous tous mes désirs… » Une œuvre est en germes.

 

                                                                                                                                        Michel Boissard

Jean Genet, une jeunesse perdue, L.P. Astraud, Au Diable Vauvert, 2010, 12 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article