MEUTRIERE « IDENTITE NATIONALE » : LA « RITALADE » D’AIGUES-MORTES EN 1893…

Publié le par Michel Boissard

Noiriel.jpg                                                    

 

Le Massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893,  par Gérard Noiriel, 292 pages, Fayard, 2010, 20 euros.

 

 

Au chapitre « Enjeux de mémoire »  de cet ouvrage consacré à la plus sanglante manifestation de xénophobie dans l’espace français au XIXè siècle,  l’historien Gérard Noiriel  raconte que l’archiviste du Gard chargé de l’assister dans ses recherches sur « l’affaire d’Aigues-Mortes » lui confia que sa grand-mère, originaire de cette localité, n’en parlait que « sous le sceau du secret », un peu à la manière d’un tabou… C’est, en effet, seulement vers 1970, que les historiens exhument la « ritalade » (comme on dit « ratonnade), jusqu’alors  largement occultée, qui fit le 17 août 1893 au moins 8 morts et une cinquantaine de blessés exclusivement parmi les ouvriers transalpins des salins du Midi. Cette amnésie s’explique sans doute par la singularité d’un événement dans lequel s’entrelacent, déjà de façon perverse, la question de l’immigration et la notion  d’identité nationale. Masquant du même coup l’acuité de la question sociale. L’auteur focalise le regard sur ce couple idéologique surdéterminant la société aiguesmortaise de l’époque. La cité du roi Saint-Louis - dont l’écrivain nationaliste Maurice Barrès prétend qu’elle est, depuis les Sarrasins, un môle de résistance à toutes les invasions (Le Jardin de Bérénice, 1891) -  est alors riche de l’exploitation industrielle du sel et du renouveau viticole succédant à l’épidémie de phylloxéra. De ce fait, la voilà dépendante d’une main d’oeuvre saisonnière composite : pagels, paysans déracinés de la montagne cévenole ; trimards - Marx parlerait de lumpenproletariat - issus des villes alentour, sans domicile fixe et quelque peu délinquants ; piémontais, enfin, migrants temporaires et/ou travailleurs plus ou moins assimilés.  Un  « groupe », fort de 20 000 personnes environ, que la « Grande Dépression » de 1875 va littéralement atomiser  - Noiriel utilise le terme d’anomie, forgé par le sociologue Durkheim, pour caractériser la rupture du lien social parmi ces ouvriers s’opposant violemment les uns aux autres. « Nationaux » v/s « étrangers » - nous sommes à la veille de l’affaire Dreyfus (1894-1906) - la thématique utilisée par l’officialité et les commentateurs de presse au lendemain de l’affrontement se met en place. Les italiens sont trop nombreux. Ils ôtent le pain de la bouche des français. Ce sont hôtes souvent dangereux et peu intégrés. Le procès qui suivra acquitte délibérément leurs meurtriers appartenant tous à la population locale ! Stigmatisant le caractère ethnocentrique du discours récurrent fier d’être français, notant par ailleurs que le mot de « racisme »  ne sera utilisé à la lettre qu’en 1902, Gérard Noiriel conclut que de manière anticipatrice : « Le pogrom d’Aigues-Mortes peut servir de leçon pour convaincre (les jeunes) des méfaits  du racisme. »

 

                                                                         Michel Boissard,   Historien.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 

                                                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

Publié dans humanité

Commenter cet article