PAUL CLAUDEL, L’ESPIEGLE MYSTIQUE…

Publié le par Michel Boissard

 

                                                 

 

 Cultivant l’art nîmois du biais  - considérer ensemble l’avers et le revers des choses  -  Jean Paulhan ne nourrissait pas de dilection particulière pour le très « entier » poète et dramaturge Paul Claudel (1868-1955). On imagine donc la surprise amusée du rédacteur en chef de la Nouvelle revue française (NRF) à recevoir cette goguenarde « Mort de Judas » que lui adresse en l’an de grâce 1933  le catholique auteur du « Soulier de satin »… Métamorphosé en « croquemitaine des punaises de sacristie » (J.L. Barrault). Le trésorier des douze Apôtres (mais oui, c’était sa fonction  parmi les Pêcheurs d’hommes !) nous apparaît comme un simple suiviste de « Qui-vous-savez » (le Christ). Parce qu’il « voulait savoir jusqu’où Il pouvait aller ». Féru de « curiosité scientifique ou psychologique » Judas se qualifie lui-même de cultivé. Très différent de ce Simon Pierre « aux bons yeux de chien affectueux »… Témoin, à la longue lassé,  des miracles du Maître ! « J’ai vu des scènes impayables :   un paralytique guéri, c’est un lion déchaîné ! » Quant à Lazare ressuscité « si l’on n’est même plus sûr de la mort, il n’y plus de société… » Le comble, c’est lorsque Marie-Madeleine - « cette dinde » - inonde les pieds augustes du parfum le plus coûteux...  Il n’y a plus à hésiter : livrons Jésus aux Pharisiens et au procurateur romain Pilate. Ils règleront l’affaire. « J’avais joué mon rôle, ce pourquoi j’étais né. » Or pour ce service rendu à l’Ordre, à l’Etat, à la Religion «on me jette trente deniers ! Après cela, il n’y avait plus qu’à tirer l’échelle. C’est ce que j’ai fait. »  En  devenant le « Judas pendu » du vénitien Tiepolo…

 

                                                                                                                                                    Michel Boissard

 

Mort de Judas / Le point de vue de Ponce Pilate, P. Claudel, André Versaille éditeur, 2009, 5 euros

 

                                                   

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article