UN ECRIVAIN D’ORAGES, DE COMBATS ET DE PASSIONS

Publié le par Biblinimes

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41oL%2B17ZaDL._SS500_.jpg

 


                                    

 

« Une étrange liberté, un feu, une foi, une malice. » Dédiés au romancier de « Thérèse Desqueyroux » (1927), les mots de Philippe Sollers pourraient servir d’exergue à la « Biographie intime » de François Mauriac que signe Jean-Luc Barré. Qui vient d’obtenir le Prix de la Biographie 2011- Le Point. Une odeur de soufre, nourrie par la révélation de l’homosexualité de l’académicien, planait sur le premier tome - 1885-1940 - de ce superbe portrait littéraire. Occultant les commencements d’une vie d’un poète salué par Barrès (Les Mains jointes, 1910) et d’un maître reconnu du roman autobiographique (Le Mystère Frontenac, 1933). Les trente dernières années de la vie de Mauriac - 1940-1970 -  approfondissent le regard aigu porté sur l’étonnante destinée de ce contempteur des grands bourgeois bordelais (Préséances, 1921). Sachant stigmatiser sa classe dés lors que les valeurs humanistes sont en question (Mémoires politiques, 1967). Exception faite d’une brève parenthèse Pétain, d’ailleurs largement partagée, la démarche civique de Mauriac n’offre pas de solution de continuité entre la défense des basques persécutés par Franco (1938) et la lutte contre le colonialisme au Maghreb avec sa séquelle de tortures (années 1950)… Dans l’esprit de la même foi chrétienne qui fait de lui un Résistant au côté des communistes. Et un chantre de la liberté de l’esprit face à la stalinisation des intellectuels. Mauriac a traversé le « fleuve de feu » du XXème siècle avec une alacrité de conscience que sa plume de journaliste traduit de manière fougueuse (Le Bloc-notes, 1952-1970). Malgré le conformisme gaulliste du crépuscule… Prix Nobel de Littérature 1952  « pour son analyse pénétrante de l’âme et l’intensité artistique avec laquelle il a interprété la vie humaine », il fait sa sortie avec l’ébouriffante réussite d’ « Un adolescent d’autrefois » (1969). Dont le titre symbolise ce qu’il n’aura cessé d’être.

 

                                                                                                        Michel Boissard

 

                               François Mauriac, Biographie intime, ** 1940-1970, J.L. Barré, Fayard, 2011, 26 euros   

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article