UN MUSEE IMAGINAIRE DE LA LITTERATURE

Publié le par Biblinimes

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782246777717.jpgMoins le savoir que la saveur. Davantage de connivence que d’ignorance. Non un jugement mais la compréhension. L’inclination plutôt que l’éclectisme. Ces quatre piliers architecturent le musée imaginaire de la littérature du critique André Brincourt (1920). Organisé autour de cent-cinquante écrivains du XXème siècle. A l’ordre alphabétique froid d’une « bibliothèque arbitraire et lacunaire », préférons les « stèles », nées d’un tropisme du Sud, dressées sur les chemins de nos (re)découvertes. De Manosque où Jean Giono (1895-1970) se fit le « fils légitime de Homère et de Virgile ». A L’Isle-sur-la-Sorgue où créa un René Char (1907-1988) « venu pour habiter la poésie ». Vers Nîmes où Jean Paulhan (1884-1968) apprit que l’ écrivain « doit retourner le récit avant qu’il ne vous retourne ». Nous dirigeant sur Uzès : André Gide (1869-1951) y invite le lecteur « à suivre sa pente pourvu que ce soit en montant ». Avant de quitter Sommières, arrêtons-nous auprès du romancier cosmopolite, « impressionniste et pointilliste », Lawrence Durrell (1912-1990). Franchissant le Vidourle, n’oublions pas qu’il prend sa source du côté de Saint-Hippolyte-du-Fort. Dont un faubourg se nomme Mandiargues ! Où s’origine la lignée d’ André Pieyre de Mandiargues (1909-1991) : « un orfèvre dans la précision dérobée ». De l’Hérault jusqu’au Sud-Ouest de François Mauriac, nous croiserons à la Tuilerie de Massanes, Joseph Delteil (1894-1978), « ce cousin germain de Céline » et saluerons le montpelliérain Francis Ponge (1899-1988) « avec qui le poème devient une leçon de choses ». Paul Valéry (1871-1945) dort à Sète, qui avouait : « Les autres font des livres, moi je fais mon esprit. » Et le narbonnais Pierre Reverdy (1889-1960) « tue la nature pour que vive la poésie. Vive la Nature morte ! »

 

Michel Boissard

 

Littératures d’outre-tombe, A. Brincourt, Grasset, 2010, 23 euros

Publié dans articles La Gazette

Commenter cet article