« UN RABELAIS QUI AURAIT LU ZOLA »

Publié le par Biblinimes

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/images/BOQ/P3/9782221115138.jpg

Bardamu, Ferdinand Bardamu, entreprend son « Voyage au bout de la nuit » en 1932. Réapparaît dans « L’Eglise » en 1933. « Mort à crédit » en 1936. Tire sa révérence avec « Guignol’s Band » en 1944. Son démiurge se nomme Louis-Ferdinand Céline (1894-1961). Parmi plus de cent-cinquante témoins, réunis par David Alliot, voici cinq nîmois et quelques autres, qui ont compté pour cet « outlaw » des lettres françaises (Maurice Nadeau). André Chamson salue un écrivain « qui ne vient ni de province, ni de l’usine, ni de la mer maisdu bout de la nuit » avec « le plus grand vagabondage humain que l’on ait pu faire jusqu’aujourd’hui ». Il précède la critique anticipatrice de Léon Daudet, le fils du naturaliste Alphonse… Qui loue un roman dont « la facture, la liberté, la hardiesse truculente appartiennent plus au XVIe siècle qu’au XXème ». Rejoint par Paul Valéry distinguant ici « un Rabelais qui aurait lu Zola ». Mais qui n’aura pas le Prix Goncourt. Dont le journaliste Carlo Rim dévoile avec une suave ironie les débats orageux… Tandis que Jeanne Carayon - la nîmoise qui sera secrétaire de Montherlant et de Marguerite Yourcenar - témoigne des ambitions de celui qui n’est encore que le Docteur Destouches (le patronyme de Céline). Et que sa compatriote Lucie Porquerol s’exclame : « Circuit Bardamu ! ni arrêt, ni buffet pendant 600 pages. Voyageurs pour l’idéal, bifurcation… » Deux noms pour finir. Jean Paulhan, résistant autant que découvreur d’écriture, qui tente d’extraire Céline de la bauge antisémite où il se vautre. En dépit du « grand dégoût de l’homme » dont témoigne l’auteur de « Bagatelles pour un massacre » (1937). L’écrivain et médecin montpelliérain Christian Dedet – le « hussard » qui fait récit du dernier jour d’« un homme au bout du voyage »…

 

Michel Boissard

D’un Céline l’autre, D. Alliot, Bouquins, Robert Laffont, 30 euros

 

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article