UNE ÂME FORTE

Publié le par Biblinimes

 

 

 

Personnages, situations, style : le roman de Marie Rouanet offre une triple réussite. Emile, employé de banque, prend sa retraite au Moulin, dans la maison natale du village de Bourg-en-Rouergue. C’est, pour reprendre le mot du critique littéraire (bien oublié) Emile Faguet (1847-1916), une « âme moyenne ». C’est-à-dire « de toutes les âmes, celles qui sont le moins des âmes ». Il fait, « un soir de bise noire », la rencontre de Charles - qu’il n’appellera plus que « l’Arpenteur », on verra pourquoi. Charles est notaire. Il succède à une dynastie de tabellions, les Bertrand, bien ancrée dans le terroir local. Il vient d’Auvergne « à trois cents kilomètres mais cela suffisait à faire de lui un étranger ». Il est laid. « Comme un poux ou comme le cul du diable. » Et il rode sans cesse, tel un loup, de vallées en collines. Il « arpente » le pays. Que cherche-t-il ? On se perd en conjectures. Plus tard, on apprendra qu’il est en quête de paysages, de lieux, de sites. Non de possessions matérielles. Mais d’une topographie et des histoires que recèle/révèle cette géographie familière et quotidienne. C’est, selon le mot-titre d’un roman de Jean Giono, « une âme forte ». De passionné et de solitaire, d’original. Faire amitié avec l’Arpenteur sera l’itinéraire d’Emile. Que l’on suit à la façon des voies en relief d’une carte du XVIIIe siècle, d’une carte de Cassini, que Charles lui fait découvrir. On parle beaucoup dans ce livre de techniques culturales et de traditions culinaires. Ou encore d’autels (de buffets ou de dressoirs patinés par le temps) où l’on dispose des photos de famille - les dieux lares… Mais : « Il est vain de rêver à ce qui fut avant. Nous ne vivons que des après. » La romancière se fait alors ethnologue d’une mémoire collective. Et l’écriture ductile du récit devient la parole fluide du conteur.

 

Michel Boissard

 

L’Arpenteur, M.Rouanet, Albin Michel, 2012, 15 euros

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article