DANS LE CŒUR D’UN PEUPLE

Publié le par Biblinimes

 

 

 

 

Après Céline, Jules Romains ou André Chamson, il revient à Jean-Pierre Chabrol, lors du traditionnel pèlerinage littéraire de Médan, en 1968, de rendre hommage à Emile Zola. Le géniteur des « Rebelles » a de justes mots pour saluer sa mémoire créatrice : un écrivain « entré dans le coeur d’un peuple ». L’Autodictionnaire Zola que publie Henri Mitterand éclaire et justifie ensemble cette si belle formule. On connaît le principe de ce genre d’ouvrages. Dresser l’autoportrait d’un auteur sous le prisme d’extraits de ses propres œuvres, de A à Z. Plus de 1000 mots pour « épuiser la vie » d’un romancier qui, dans son seul grand œuvre - les Rougon-Macquart - en utilise 22000 différents ! Mots ordinaires de la langue tels que Affaires. Au pluriel, la collusion du Pouvoir et de la Finance à l’aube du Second Empire. La Curéeimmobilière qui n’a pas fini de stigmatiser le capitalisme dominant. Au singulier, renvoyant à Dreyfus. A la loi du « mensonge triomphant qui passe » sous le masque de l’Antisémitisme. Que « J’accuse » dénonce avec un rare courage citoyen devant une opinion abusée. Nom propre comme Aix-en-Provence. Qui fait écho àEnfance. Zola y « pousse comme un jeune arbre, sous le grand ciel bleu (…) C’était la Grèce, avec son pur soleil sur la majesté nue des horizons ». Qui appelle le patronyme amical de Cézanne… Exaltant les formes : celle du Corps- de Nana, par exemple. Au « torse de Vénus grasse ». Suggérant aussi « les toiles graves et fortes » d’unCourbet. Dont le nom dirige vers l’entrée Commune : « Ah ! cette journée du 18 mars 1871, de quelle exaltation décisive elle souleva Maurice ! » (La Débâcle)Et s’achève à Fusiller. Ou fait penser à Germinal : « la poussée d’hommes nouveaux »…

 

Michel Boissard

Autodictionnaire Zola, H.Mitterand, Omnibus, 2012, 28 euros

 

 

 

Publié dans articles La Gazette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article